100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 07.05.2010 15h31
Grèce : conversations téléphoniques entre le PM et des dirigeants d'opposition

Le Premier ministre grec George Papandréou s'est entretenu par téléphone mercredi avec tous les dirigeants des partis d'opposition représentés au Parlement grec suite aux manifestations massives qui ont eu lieu mercredi et au cours desquelles trois personnes ont perdu la vie.

Trois employés d'une banque ont trouvé la mort dans une manifestation dans le centre-ville d'Athènes lorsqu'un groupe de manifestants a lancé des cocktails Molotov sur une agence de la banque Marfin.

Selon le bureau du Premier ministre, M. Papandréou a appelé par téléphone le dirigeant du principal parti d'opposition Antonis Samaras, le secrétaire général du Parti communiste grec Aleka Papariga, le chef de la coalition SYRIZA (gauche) Alexis Tsipras et le président du Rassemblement Populaire orthodoxe (droite) George Karatzaferis.

Le Premier ministre et les dirigeants ont discuté de l'évolution alarmante de la situation et de la prochaine réunion extraordinaire du Conseil national des dirigeants politiques.

M. Papandréou a mis l'accent sur l'importance de maintenir un front uni pour garantir l'ordre et la démocratie, réitérant que l'expression des différentes opinions et les manifestations sont acceptées, mais pas la violence.

Lors de ces conversations téléphoniques, les dirigeants politiques ont évalué la situation en Grèce et l'image du pays à l'étranger.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
"Je me souviendrai toujours de l'amitié des Chinois", déclare le président maltais
Wen Jiabao appelle les jeunes à "avoir les pieds sur terre"
Les expériences françaises sont une valeur de référence pour la protection de la langue maternelle
Les appels à purifier la langue chinoise induisent dans l'erreur
C'est normal de louer un appartement
La faible émission de carbone devient un nouveau moteur de la création d'emplois
Pourquoi les nouveaux riches de Chine sont aussi détestables