100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 07.05.2010 10h22
Le Parlement français entérine le plan d'aide à la Grèce

Le Sénat français a approuvé dans la nuit de jeudi à vendredi la version française du plan d'aide à la Grèce, un programme qui prévoit des prêts bilatéraux de 16,8 milliards d'euros sur trois ans, dont 3,9 milliards pour l'année 2010.

Le projet de loi de finances rectificatives, présenté par le ministre français du Budget François Baroin, a été adopté par 311 voix contre 24, à l'issue d'un vote au Sénat.

Ce projet de loi, présenté sous la forme d'un collectif budgétaire, avait été adopté à l'Assemblée nationale (chambre basse du Parlement) dans la nuit de lundi à mardi.

"Soutenir aujourd'hui la Grèce (...) c'est aussi une façon de stabiliser l'euro, de renforcer la zone euro", avait dit la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, lors du débat à l'Assemblée nationale.

Elle avait fait savoir qu'elle serait "extrêmement vigilante" vis-à-vis de la mise en oeuvre des mesures d'austérité qui doivent être prises par le gouvernement grec.

A la demande des sénateurs et des députés, la ministre a promis de se rendre au Parlement pour faire le point de la mise en oeuvre des mesures par le gouvernement d'Athènes en contre-partie du plan d'aide.

Jusqu'à ici, le Parlement a définitivement approuvé le plan français de soutien à la Grèce.

Son adoption par les deux chambres du Parlement français n'a pas rencontré de difficultés, vu la quasi-unanimité entre l'Union pour un mouvement populaire (UMP), le parti du président Nicolas Sarkozy, et le Parti socialiste, principal parti d'opposition.

La contribution française représente 20,7% de l'aide totale promise par les pays de la zone euro, conformément à la quote-part du pays dans la Banque centrale européenne (BCE).

Selon les prévisions du gouvernement français, le premier prêt à la Grèce porterait à 152 milliards d'euros le déficit public du pays fin 2010.

Mais pour Mme Lagarde, le déficit public de la France ne sera toutefois pas affecté par les 3,9 milliards, la première tranche de l'aide française à décaisser dès le 19 mai prochain.

Le 2 mai dernier, les seize pays membres de la zone euro avaient décidé d'activer le plan d'aide à la Grèce, qui prévoit un montant sans précédent de 110 milliards d'euros, dont 80 milliards seront décaissés par les pays de la zone euro, et le reste par le Fonds montéaire international (FMI).

La Grèce souffre d'une crise financière depuis octobre dernier. A ce jour, la République hellénique est confrontée à une dette colossale de plus de 300 milliards d'euros.

Les mesures d'austérité annoncées par le gouvernement en échange de l'aide financière ont provoqué un mouvement massif de manifestation en Grèce, où trois personnes ont trouvé la mort dans les violences.

Ces derniers jours, les bourses européennes se sont trouvées dans la tourmente, les investisseurs craignant une "contagion" de la crise grecque dans la zone euro.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
"Je me souviendrai toujours de l'amitié des Chinois", déclare le président maltais
Wen Jiabao appelle les jeunes à "avoir les pieds sur terre"
Les appels à purifier la langue chinoise induisent dans l'erreur
C'est normal de louer un appartement
La faible émission de carbone devient un nouveau moteur de la création d'emplois
Pourquoi les nouveaux riches de Chine sont aussi détestables
John Hennessy : il faut à la Chine au moins vingt ans pour pouvoir établir des universités de classe mondiale