100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 05.05.2010 15h55
Thaïlande : le groupe antigouvernemental encore indécis sur sa réponse au plan de réconciliation du PM

Les représentants des manifestants antigouvernementaux ont annoncé mardi qu'ils n'ont pas encore décidé de la réponse qu'ils donneront à la feuille de route sur la réconciliation proposée par le Premier ministre, a rapporté l'agence de presse thaïlandaise, TNA.

Après l'annonce de la feuille de route du Premier ministre, le groupe antigouvernemental doit encore s'assurer que les partis de la coalition sont d'accord avec la feuille de route du Premier ministre, ont fait savoir les dirigeants du mouvement de protestation antigouvernemental.

Le gouvernement thaïlandais est prêt à organiser des élections parlementaires le 14 novembre si toutes les conditions sont réunies, a déclaré le Premier ministre dans une allocution télévisée diffusée en direct lundi soir.

"Je pense que si le processus de réconciliation (est accepté par toutes les parties) et que la situation retourne à la normale les élections pourront se tenir le 14 novembre, un objectif que le gouvernement est disposé à atteindre", a déclaré M. Abhisit.

C'est la première fois que le Premier ministre annonce une date précise pour la tenue de nouvelles élections législatives depuis le début des grands rassemblements des manifestants, aussi appelés "chemises rouges", le 12 mars à Bangkok.

Le Premier ministre devrait dissoudre la Chambre basse fin août ou début septembre.

Selon la Constitution, des élections législatives doivent être organisées moins de 60 jours après l'annonce de la dissolution de la Chambre des représentants par le Premier ministre.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le président chinois encourage les étudiants à contribuer à la modernisation
La Chine va augmenter le taux de réserves obligatoires
Pourquoi les nouveaux riches de Chine sont aussi détestables
John Hennessy : il faut à la Chine au moins vingt ans pour pouvoir établir des universités de classe mondiale
Pour que notre monde devienne meilleur (éditorial)
De précieux hôtes venus d'Europe
Il faut considérer avec sérénité la deuxième visite d'Etat en Chine du Président français