100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 29.04.2010 08h35
Madagascar : les experts en politique pessimistes sur les résultas de la rencontre Rajoelina et Ravalomanana à Pretoria

Les experts en analyse politique sont pessimistes sur la possibilité d'une résolution de la crise qui sévit Madagascar depuis décembre 2008 et sur les résutlats de la rencontre entre Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina le mercredi 28 avril à Pretoria, Afrique du Sud.

Raniriharinosy Harimanana, un expert en science politique, a affirmé suite à une interview exclusive à Xinhua, que « cette rencontre va déboucher sûrement à une entente mais la situation pourrait dégénérer par la suite, comme le cas de Maputo et d'Addis- Abeba, les protagonistes malgaches vont accepter les clauses prévues mais chacun va encore essayer de promouvoir leur forces, une fois arrivé sur le terrain à Madagascar ».

Cet expert en science politique est pessimiste car « en Afrique, la culture démocratique n'est pas encore encrée dans la tête des politiciens, nous ne sommes que dans l'apprentissage de la démocratie ; si l'entente entre les protagonistes se fait sur la tenue d'une élection, ce serait au moment de cette élection que la situation pourrait dégénérer encore » a-t-il ajouté. Pretoria est une dernière chance mais la crise va encore revenir, et pourrait reprendre après l'exécution de l'accord surtout quand il s'agit des nominations éventuelles des hauts responsables de l'Etat, des postes ministériels, des responsables dans l'administration territoriale ou les chefs de districts.

De son côté, Radanoara Julien, un expert en relation internationale, a partagé son pessimisme sur la possibilité d'une issue de crise après Pretoria. Il a expliqué que « Ravalomanana et Rajoelina pourraient se fixer sur leur entêtement ; Ravalomanana, qui s'obstine à suivre les contenus des accords de Maputo et l' acte additionnel d'Addis-Abeba alors que Rajoelina poursuit son désir d'organiser des élections dans les trois mois qui viennent. Soit Ravalomanana cède et sa carrière politique serait finie, soit Rajoelina renonce et ses amis politiciens le détesteraient et ne lui feraient plus confiance en contre partie ». La situation est très difficile, a encore indiqué l'expert en relation internationale.

Radanoara Julien a proposé comme résolution de la crise, la direction de la transition par des militaires afin que ces militaires de chaque camp de Ravalomanana, Ratsiraka, Zafy et Rajoelina puissent mettre en place un gouvernement neutre, composé de techniciens en vue de la préparation des élections à venir. Ce cas a été possible en mai 1972, après le règne du premier président malgache Tsiranana, qui a cédé à la pression populaire malgache et a donné le pouvoir au général Ramanantsoa, devenu officiellement le deuxième président de Madagascar en octobre 1972.

S'il n'y a pas de solution à l'issue de cette rencontre à Pretoria, il vaut mieux donner le pouvoir aux militaires car ils sont les seuls à avoir une position neutre dans cette histoire, a rajouté l'expert en relation internationale.

En tout cas, les simples Malgaches espèrent cette rencontre à Pretoria est la dernière chance pour une issue de crise tant durée à Madagascar.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Hu Jintao appelle à faire rayonner l'esprit de "travailleur modèle"
la ligne ferroviaire à grande vitesse Fujian-Xiamen
L'augmentation du droit de vote de la Chine à la BM revêt plutôt une importance symbolique
Serait-il trop tard pour s'implanter sur le marché chinois?
Séisme à Yushu : la presse occidentale s'intéresse tout particulièrement aux relations entre Tibétains et Hans dans la région sinistrée
L'heure est venue pour une nouvelle approche de la stabilité sociale
Séisme à Yushu : trois grandes difficultés à surmonter pour pouvoir vaincre le catastrophe