100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 28.04.2010 08h40
Sarkozy : la gouvernance mondiale doit être réformée pour tenir compte des nouveaux équilibres (INTERVIEW)

Le président français Nicolas Sarkozy a préconisé mardi une réforme "coopérative" et "coordonée" de la gouvernance mondiale pour refléter mieux les nouvelles réalités et les nouveaux équilibres du monde.

"La gouvernance mondiale doit être réformée pour tenir compte des nouvelles réalité et des nouveaux équilibres du monde", a déclaré M. Sarkozy dans une interview exclusive accordée à l'agence de presse Xinhua.

"Nous sommes au 21e siècle, et nous fonctionnons avec les institutions du 19e siècle, tout le monde voit bien que cela ne peut plus marcher", a observé M. Sarkozy.

Selon lui, la réforme de la gouvernance mondiale doit donner la place qu'elles méritent aux grandes puissances émergentes telles que la Chine, l'Inde, le Brésil ou encore l'Afrique du Sud.

Pour M. Sarkozy, le développement des marchés émergents, qui sont déjà des grandes puissances, "est une chance pour le monde".

"Au 21e siècle, il est tout simplement illusoire d'espérer pouvoir faire face aux défis immenses auxquels notre monde est confronté sans vous. Voilà pourquoi la réforme de la gouvernance mondiale est une nécessité et une urgence", a souligné M. Sarkozy.

"Mais le statut de grande puissance implique aussi plus de responsabilités (...) Et je fais confiance aux dirigeants de ces pays, pour prendre la pleine mesure de la responsabilité qui leur incombe désormais dans la marche du monde", a-t-il dit.

"Nous ne sommes pas encore complètement sortis de la crise", a observé M. Sarkozy, mettant l'accent sur la nécessité de "mettre défitivement fin aux comportements irresponsables" qui ont entraîné la crise financière mondiale.

A cet égard, il a rappelé que le G20 a engagé la rénovation des instruments de la gouvernance économique, en particulier celles des grandes institutions financières internationales.

Dimanche soir, le Comité de développement de la Banque mondiale a annoncé que les droits de vote des pays en développement connaîtront une croissance de 3,13%, les portant à 47,19%.

"Ce mouvement aussi doit être prolongé et amplifié. Il n'est que la première étape d'une réforme globale de l'ensemble de la gouvernance mondiale", a indiqué M. Sarkozy dans cette interview écrite.

"Nous devons poursuivre nos efforts dans la perspective des prochains G20 Toronto et Séoul (...) en s'assurant que les décisions qui ont été prises sont bien mises en oeuvre et que les réformes engagées sont poursuivies, et en s'assurant que nos stratégies de croissance sont coordonnées", a-t-il dit.

"Je souhaite que la présidence française du G8 et du G20, en 2011, permette d'avancer sur toutes ces questions" relatives aux réformes dans le secteur des finances, a poursuivi M. Sarkozy.

"Nous devons pouvoir discuter de ces sujets (...) de manière ouverte, constructive, en faisant des thèmes de coopération pluôt que de confrontation", a-t-il souligné. Et ajouter : "C'est dans notre intérêt à tous."

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
la ligne ferroviaire à grande vitesse Fujian-Xiamen
Séisme au Qinghai : le bilan s'alourdit à 2 220 morts
L'augmentation du droit de vote de la Chine à la BM revêt plutôt une importance symbolique
Serait-il trop tard pour s'implanter sur le marché chinois?
Séisme à Yushu : la presse occidentale s'intéresse tout particulièrement aux relations entre Tibétains et Hans dans la région sinistrée
L'heure est venue pour une nouvelle approche de la stabilité sociale
Séisme à Yushu : trois grandes difficultés à surmonter pour pouvoir vaincre le catastrophe