100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 16.04.2010 08h00
Madagascar : la société de l'ancien président Ravalomanana perd en appel face à la CCIAA

La Cour d'appel d'Antananarivo, dans la capitale de Madagascar, a rejeté la demande du Groupe Tiko appartenant à l'ancien président Ravalomanana sur l'affaire le concernant avec la Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture d'Antananarivo (CCIAA), mercredi.

La requête portant sur la suspension de l'expulsion provisoire de Magro Ankorondrano, un supermarché grossiste et détaillant du groupe Tiko situé en plein centre ville, sur le terrain de la CCIAA, a été rejetée après avoir été jugée comme non fondée.

Le 10 mars dernier, le tribunal de commerce d'Antananarivo a rendu son verdict résiliant le contrat de bail entre la CCIAA et le groupe Tiko, pour loyers impayés des terrains et locaux de Magro à Ankorondrano, dans le centre ville de la capitale.

Le 22 mars, la mise sous scellé des lieux a été effectuée par un huissier de justice et les éléments des forces de l'ordre. Les écriteaux "propriété privée" s'affichaient sur le portail principal et les murs de

l'enceinte.

Toutefois, les avocats de Marc Ravalomanana jugeaient que la procédure légale concernant la fermeture n'a pas été respectée car qu'ils n'ont pas été notifiés par huissier avant l'exécution du jugement et qu'ils n'étaient pas présents lors de ladite fermeture, d'où la requête en appel.

Cette affaire entre la CCIAA et le groupe Tiko, selon les observateurs, a un revers politique car la place de Magro Ankorondrano était le lieu de rendez-vous des partisans de la Mouvance Ravalomanana pour manifester leur mécontentement contre l'autorité de fait actuelle.

Le 26 janvier 2009, les manifestants dirigés par Rajoelina ont pillé et incendié les entreprises de Marc Ravalomanana incluant ce supermarché. Depuis, les partisans de Ravalomanana suivis des autres mouvances de Ratsiraka et Zafy, tous les deux anciens présidents malgaches, ont utilisé cet endroit de Magro Ankorondrano, pour exprimer leur désarroi contre le pouvoir actuel et l'ont même baptisé "place de la légalité".

Faute de site de rassemblement, les trois mouvances se sont manifestées récemment sur un autre endroit de Magro mais à Behoririka, au cœur de la ville.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : peine de mort pour un ancien haut responsable judiciaire de Chongqing
Tempête de neige à Harbin
Le monde entier s'unit et redouble sa vigilance à l'encontre du terrorisme nucléaire
La Turquie ne se désespère pas pour son adhésion à l'UE
Pourquoi les Chinois sont-ils tellement anxieux?
L'Occident a besoin de mieux connaître l'Asie
Les trois grandes sources de risque pour la Chine