100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 13.04.2010 09h35
Le ministre zimbabwéen des AE salue les relations gagnant-gagnant avec la Chine

Le ministre zimbabwéen des Affaires étrangères Simbarashe Mumbengegwi a salué, dans un article publié lundi dans le journal officiel zimbabwéen Herald, les relations gagnant-gagnant entre son pays et la Chine, affirmant que "la Chine est au sommet de la politique du Zimbabwe + Look East+" (Regarder vers l'est) et devient "le plus grand investisseur" au Zimbabwe.

Cet article a été publié à l'occasion du 30ème anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays.

Le Zimbabwe a adopté la politique "Look East" en 2006 pour faire face à la tentative de l'Occident de l'isoler à cause de la réforme agraire et la dispute électorale de 2002 dans le pays.

M. Mumbengegwi a révélé que le Zimbabwe et la Chine discuteraient d'approfondir la coopération bilatérale lors de la 8 ème session de la commission conjointe prévue en mai à Harare.

Il a affirmé que le Zimbabwe avait fortement bénéficié du Huit Mesures annoncées par le gouvernement chinois lors du sommet du Forum sur la coopération sino-africaine (Focac) tenu en novembre 2006 à Beijing.

Le chef de la diplomatie zimbabwéenne, qui avait visité Beijing du 23 février au 3 mars, a déclaré que les deux pays étaient tombé s d'abord sur une série de mesures pour promouvoir la coopération bilatérale pendant les trois à venir.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chinoise He Kexin remporte une médaille d'or de la Coupe du Monde en France
Prochaine discussion à New York entre six puissances mondiales sur le problème nucléaire iranien
Pourquoi les Chinois sont-ils tellement anxieux?
L'Occident a besoin de mieux connaître l'Asie
Les trois grandes sources de risque pour la Chine
Trois questions au sujet de l'immobilier en Chine : la réforme immobilière doit-elle être réajustée massivement ?
Le report par les Etats-Unis du rapport sur les taux de change : un chantage ou bien une concession ?