100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 09.04.2010 09h45
La première dame de France dément les rumeurs d'infidélité

Carla Bruni-Sarkozy a jugé « insignifiantes » mercredi les rumeurs sur l'infidélité de son mari, le président français Nicolas Sarkozy, et a écarté les théories, selon lesquelles un complot serait préparé pour faire baisser la côte de popularité du couple présidentiel.

Elle a déclaré dans une interview à la radio Europe 1 que Nicolas Sarkozy et elle-même « ont tourné la page » et a suggéré aux médias d'en faire de même.

Les rumeurs ont commencé à circuler au début de mars avec un blog du Journal du Dimanche. D'autres médias français n'ont pas fait de commentaires à la suite de cette nouvelle, bien que certains journaux étrangers, notamment un tabloïd britannique, ont repris cette rumeur. Ils affirmaient que la première dame de France, une ancienne top-modèle, et le président français auraient tous les deux eu des affaires extraconjugales.

Les informations ont fait la une de plusieurs journaux le week-end dernier avec des interviews de l'avocat de Nicolas Sarkozy et un collaborateur proche de la première dame de France, qui ont émis la possibilité que ces rumeurs faisaient partie d'un complot visant à "déstabiliser" le couple présidentiel.

Cependant, Carla Bruni-Sarkozy a déclaré mercredi : «Pour moi et mon mari, ces rumeurs ne sont pas significatives. ... Il n'y a pas d'intrigue. Il n'y a pas de vengeance. Il n'y a plus rien. Nous avons tourné la page. »

L'histoire d'amour de Nicolas Sarkozy et son mariage en février 2008 avec Carla Bruni, qui est devenue maintenant une chanteuse populaire, a été surveillé de très près. C'est son troisième mariage, et elle, encore très jeune, avait rejeté en public le concept de monogamie, le jugeant intenable. Sarkozy s'est marié avec Bruni après une séparation et un divorce public embarrassant avec Cecilia Sarkozy.

Face à des rumeurs, le couple s'était positionné comme très uni et tendrement amoureux. On les voyait souvent se tenir la main lors d'un voyage la semaine dernière aux Etats-Unis, surtout lors d'un dîner privé avec les Obama à la Maison Blanche.

Carla Bruni-Sarkozy a parlé de son mari avec un dévouement mercredi, affirmant que son travail n'était pas de se battre contre des rumeurs de mauvais goût, mais de travailler pour les Français.

Le groupe Lagardère, qui est propriétaire du Journal du Dimanche, a déposé le 25 mars une plainte contre X pour « introduction frauduleuse de données dans un système informatique », après la publication de ces rumeurs sur un blog hébergé par le site jdd.fr, ce qui constitue une infraction à la loi en France. Le journal n'a pas repris cette information du blog et la société Hachette Filipacchi Médias, qui est propriétaire du journal, a cherché à déterminer le responsable de la rumeur.

Le bureau du parquet de Paris a déclaré mardi que suite à la plainte, la police judiciaire était en train de mener une enquête pour déterminer la source de la rumeur.

Carla Bruni-Sarkozy a démenti les informations parues dans la presse que le président français aurait forcé le groupe Hachette Filipacchi Médias à déposer plainte. Hachette Filipacchi, une filiale du groupe Lagardère, est dirigé par Arnaud Lagardère, un très bon ami de Sarkozy.

Cette action « ne nous concerne pas du tout », a déclaré la première dame de France. Elle a également démenti les rumeurs, qu'une enquête séparée aurait été lancée par le Palais de l'Elysée, la résidence présidentielle.

Enfin, elle a nié ce qui est devenu un dernier rebondissement dans cette saga très médiatisée - les allégations, selon lesquelles l'ex-ministre de la Justice Rachida Dati aurait été à l'origine des rumeurs. Dati, une proche de Cecilia Sarkozy, l'ex-épouse du Président français, est tombée en disgrâce après son mariage avec Bruni et fut fortement critiquée pour son travail au ministère.

Dans un communiqué, Dati, qui est maintenant députée au Parlement européen, a nié les allégations. La première dame de France a dit que c'était juste une rumeur, « alors je n'y crois pas ». Dati « reste notre amie », a-t-elle indiqué.

«Je suis venue ici pour ... éviter que cette affaire, qui n'a pas d'importance, ne prenne pas de proportions que je trouve ridicules », a indiqué Bruni-Sarkozy dans l'interview de Europe 1. Depuis qu'elle et son mari « ont tourné la page », a-t-elle indiqué avec un rire nerveux, « je suis venue tout simplement pour vous suggérer de la tourner également ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Kirghizstan: l'opposition affirme avoir pris le pouvoir et formé un nouveau gouvernement
Sauvetage inespéré et miraculeux dans une houillère en Chine
Trois questions au sujet de l'immobilier en Chine : la réforme immobilière doit-elle être réajustée massivement ?
Le report par les Etats-Unis du rapport sur les taux de change : un chantage ou bien une concession ?
L'Europe fait face à de multiples difficultés pour sortir de la crise
Google a–t-il vraiment quitté la Chine ?
Visite aux Etats-Unis de Nicolas Sarkozy : une occasion pour démontrer des relations de « proches alliés »