100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 03.04.2010 15h50
C'est à la Chine de décider de l'appréciation de sa monnaie, selon des experts japonais (INTERVIEW)

Il revient à la Chine de décider si elle doit ou non réévaluer sa monnaie, ont estimé des experts japonais dans des interviews récemment accordées à l'agence Xinhua.

"D'une perspective à moyen et à long terme, je pense que la monnaie chinoise Renminbi (yuan) s'appréciera inévitablement, mais que cela prendra du temps", a indiqué Eisuke Sakakibara, professeur de l'Université de Waseda et ancien vice-ministre des Finances.

"Je ne pense pas que c'est bon pour le Congrès américain de presser la Chine d'adopter ses vues du fait que l'appréciation d'une monnaie est un processus à moyen et long terme", a-t-il affirmé.

"Il est important que le gouvernement chinois décide de la façon de procéder à l'appréciation graduelle du Renminbi", a-t-il souligné.

Evoquant le marasme économique prolongé qu'endure le Japon, le professeur a indiqué qu'il n'est pas certain que le yen fort soit à l'origine de la stagnation économique japonaise.

Dans les années 1980, l'indice Nikkei a atteint 40.000 points, causant une inflation galopante dans le secteur des biens immobiliers. "Mais l'extrême focalisation sur l'appréciation du yen a favorisé la formation de bulles, dont l'explosion a finalement plongé l'économie dans la récession", a expliqué M. Sakakibara.

"C'est une leçon du Japon", a-t-il ajouté.

"Le Renminbi s'est apprécié de 21% depuis 2005 et la croissance progressive et mesurée de la monnaie est une bonne politique pour la Chine", a-t-il estimé.

Commentant l'appel de 130 congressistes américains à apprécier le yuan vis-à-vis du dollar, Takashi Sekiyama, expert de Tokyo Foundation, groupe de réflexion lié au gouvernement, a fait remarquer qu'un Renminbi renforcé contribuerait peu à l'amélioration de la situation économique aux Etats-Unis.

"Le renforcement du Renminbi entre 2005 et 2008 n'a ni réduit le déficit commercial américano-chinois, ni renforcé la compétitivté internationale des entreprises américaines", a-t-il rappelé.

"A cet égard, l'appréciation du Renminbi aidera peu les industries, les commerces ou les employés aux Etats-Unis", a-t-il conclu.

"Les politiques diplomatiques et commerciales de chaque nation doivent être basées sur sa propre situation domestique, a affirmé M. Sekiyama, et il est important de déployer des efforts pour comprendre les préoccupations de l'un et de l'autre et parvenir à une solution acceptable par les deux parties à travers un dialogue constructif".

"Le Renminbi n'a toutefois pas besoin de s'apprécier considérablement, mais de manière graduelle et mesurée", a-t-il suggéré.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine appelle à une coopération antiterroriste suite aux attentats en Russie
Chine : avertissements "ignorés" avant l'inondation d'une mine de charbon au Shanxi
L'Europe fait face à de multiples difficultés pour sortir de la crise
Google a–t-il vraiment quitté la Chine ?
Visite aux Etats-Unis de Nicolas Sarkozy : une occasion pour démontrer des relations de « proches alliés »
Les entreprises chinoises ont un long chemin à parcourir avant de pouvoir être internationalisées
La visite du Président Sarkozy aux Etats-Unis est considérée comme une bonne occasion de rétablir son image