100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 31.03.2010 08h22
L'ex-président malgache Ravalomanana fait appel à la France pour l'application des sanctions de l'UA

L'ancien président malgache Marc Ravalomanana a appelé mardi la France à réagir pour l'application des sanctions prises par l'Union Africaine (UA) contre la Haute Autorité de Transition (HAT) ainsi que le suivi des Accords de Maputo et l'Acte additionnel d'Addis-Abeba.

Selon Marc Ravalomanana, la France doit être fière de Madagascar car c'est un pays riche en ressources naturelles et que la France trouvera toujours son intérêt à coopérer avec la grande île, que ce soit sur le plan économique que social.

La France a affirmé, quelques jours après la déclaration officielle de l'Union Africaine du 17 mars, par le biais de son ministère des Affaires étrangères qu'elle "a pris note" de la mise en application des sanctions ciblées et a déclaré qu'elle "continuera de soutenir l'effort de l'UA dans ses actions en matière de médiation africaine".

Marc Ravalomanana a souligné qu'il espère que "le Président Nicolas Sarkozy va faire preuve de solidarité avec la communauté internationale quant à l'application des sanctions contre les dirigeants illégaux ou qu'il participera directement aux actions les contraignant à respecter ce qu'ils ont signé à Maputo et à Addis-Abeba. Que le président Nicolas Sarkozy se conforme aux principes véhiculés par la devise de la République française qui est la liberté, l'Egalité et la Fraternité".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le constructeur chinois Geely rachète le Suédois Volvo
Li Keqiang rencontre Tony Blair
La visite du Président Sarkozy aux Etats-Unis est considérée comme une bonne occasion de rétablir son image
Faire preuve de bon sens en discutant des problèmes concernant la Chine
A qui va profiter le départ de Google ?
Pourquoi une telle grande différence entre les données statistiques commerciales établies par la Chine et par les Etats-Unis ?
La Chine n'a nul besoin d'un Google politisé