100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 25.03.2010 13h32
Les dirigeants de l'UE s'efforcent de trouver un accord sur l'économie, le climat et l'aide à la Grèce (AVANT-PAPIER)

Les dirigeants des pays membres de l'Union européenne (UE) se réunissent jeudi et vendredi à Bruxelles pour discuter notamment des grandes lignes de la stratégie économique de l'Union à l'horizon 2020, d'une nouvelle dynamique pour les négociations internationales sur le climat et de l'aide à la grèce, tout en tentant de se mettre d'accord sur ces questions.

Dans sa lettre d'invitation envoyée mardi aux 27 chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE, le président permanent du Conseil européen, le Belge Herman Van Rompuy, a proposé de démarrer les travaux dès 17 heures de jeudi par le traditionnel échange de vues avec le président du Parlement européen, le Polonais Jerzy Buzek. Ensuite, les dirigeants des 27 commenceront leur première session de travail dédiée à la nouvelle stratégie pour la croissance et l'emploi dite "Europe 2020", publiée par la Commission européenne (CE) au début de mars.

Les dirigeants de l'UE doivent parvenir à un accord sur les principaux éléments de la stratégie, y compris la gouvernance ou encore la nature et le champ d'application des objectifs. a dit M. Van Rompuy dans sa lettre, avant d'ajouter que la discussion doit permette d'aboutir à une adoption formelle de la stratégie au prochain sommet du juin.

Les Vingt-sept doivent également aborder le thème du gouvernement économique et de la coordination des politiques économiques alors qu'une idée fait de plus en plus son chemin, ainsi que le thème de la création d'un mécanisme d'alerte précoce pour prévenir les pertes de compétitivité dans les Etats membres de l'UE.

Le climat est un autre important sujet à l'ordre du jour du sommet. Les dirigeants de l'UE doivent discuter du suivi de la Conférence internationale de Copenhague sur le climat tenue en décembre dernier dans la capitale danoise, en s'efforçant de trouver une nouvelle dynamique au processus de négociation.

Ils rappelleront les positions que l'UE a déjà prises en terme d'objectifs, d'engagements de réduction et autres conditions, mais il est peu propable lors de ce sommet d'élever le niveau de réductuon des émissions de gaz à effet de serre à 30% en 2020 sur la base de 1990, comme cela a été exigé par le secrétaire exécutif de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CNUCC) Yvo de Boer lorsqu'il participait à des activités de la quatième édition de la Semaine européenne de l'énergie durable mardi à Bruxelles.

Les Vingt-sept se borneront à confirmer le chiffre de 7,2 milliards d'euros pour le financement rapide de 2010 à 2012 en faveur de la lutte des pays pauvres contre le changement climatique. Ils pourraient confirmer encore l'engagement de financement mondial à long terme de 100 milliards de dollars par an d'ici 2020, mais il n'y aura rien de substantiel sur les modalités de sa mise en oeuvre.

Par ailleurs, les dirigeants de l'UE doivent discuter de l'aide financière à apporter à la Grèce.Pour faciliter une convergence de leurs opinions sur le sujet, un sommet extraordinaire de la zone euro se tiendra jeudi avant le sommet de l'UE sur proposition des dirigeants français et espagnol. Le but est de mettre fin aux divergences sur cette question entre les pays membres et de s'entendre sur un mécanisme d'aide financière à Athènes qui serait composé de prêts bilatéraux coordonnés ainsi qu'éventuellement d'une contribution du Fonds monétaire international.

Selon des sources bien informées, les seize pays de la zone euro étaient "proches" d'un accord sur la mise en place d'un mécanisme d'aide à la Grèce à la veille du sommet de deux jours de l'UE. "Une solution de synthèse est possible", avec un recours au Fonds monétaire international "dans une solution qui reste un mécanisme européen", a indiqué mercredi un diplomate européen de haut rang.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine se préoccupe de l'escade du problème nucléaire iranien
Certaines régions chinoises balayées par les sables du nord
A qui va profiter le départ de Google ?
Pourquoi une telle grande différence entre les données statistiques commerciales établies par la Chine et par les Etats-Unis ?
La Chine n'a nul besoin d'un Google politisé
Les Etats-Unis : Le plus grand manipulateur de taux de change dans le monde
Réévaluation du Renminbi : Les Etats-Unis pensent faire coup triple