100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 18.03.2010 09h44
Rencontre attendue entre le président français et le chef de l'OIF à la Journée internationale de la Francophonie

Le président français Nicolas Sarkozy devra rencontrer samedi le secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) Abdou Diouf à l'Elysée à l'occasion de la Journée internationale de la Francophonie, a-t-on appris mercredi d'un communiqué de la présidence française.

Selon le texte, "à l'occasion de la Journée internationale de la Francophonie, qui marque cette année le 40e anniversaire de la création de l'Organisation, le président de la République ( française) recevra, samedi 20 mars 2010 à 12h00 au Palais de l'Elysée, le président Abdou Diouf et les représentants de la communauté francophone à Paris".

L'OIF, qui compte actuellement 71 membres, dont 56 Etats et gouvernements et 15 observateurs, a été créée le 20 mars 1970.

Par ailleurs, un communiqué publié par l'OIF montre que Nicolas Sarkozy et Abdou Diouf, participeront également samedi, à l'inauguration de la Maison de la Francophonie, le nouveau siège de l'OIF.

De plus, les 200 millions de locuteurs s'associeront à la célébration de cet anniversaire placé sous le signe de "La diversité au service de la paix", par un programme pluriel, culturel et festif qui se déroulera samedi et se prolongera tout au long de l'année dans l'ensemble de l'espace francophone, jusqu'à la tenue du XIIIe Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de la Francophonie prévu à Montreux en Suisse, à l'automne 2010.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Wen Jiabao rencontre le ministre britannique des Affaires étrangères
La Chine et le Royaume-Uni vont renforcer leur dialogue stratégique
« Arrogance » des Chinois ou bien « présomption » de certains Occidentaux ?
Obama «joue avec le feu» en incitant une réévaluation du yuan
La culture d'Amflora fait beaucoup de tapage en Europe
L'UE hausse le ton face au protectionnisme américain
La Chine doit-elle déplacer ailleurs le « Made in China » ?