100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 07.03.2010 15h36
Madagascar : La réunion d'urgence de l'UA et la SADC annulée

La réunion d'urgence convoquée par l'Union Africaine (UA) et la Communauté de développement de l' Afrique Australe (SADC), prévue pour les protagonistes malgaches du 8 au 10 mars, a été annulée, a annoncé samedi la radio nationale malgache.

Cette réunion prévue par l'UA et la SADC pour le président de la Haute Autorité de Transition (HAT), Andry Rajoelina, et les anciens présidents Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Albert Zafy afin de résoudre la crise politique malgache, a été annulée parce que l'un des anciens présidents qui sont en exil en étranger est malade.

La radio n'a pas précisé qui parmi l'ancien président Ravalomanana, en exil en Afrique du Sud depuis le 25 mars 2009 et l'ancien président Ratsiraka, en exil en France depuis 2002, est malade.

Par conséquent, le déplacement du Premier ministre de la HAT, Camille Vital, et son vice-Premier ministre chargé des Affaires étrangères, Hyppolite Rarison Ramaroson, prévu samedi vers Addis- Abeba, est également annulé.

La radio nationale malgache a également annoncé que le déplacement prévu du chef de gouvernement et son ministre samedi, n'est pas dans le but de participer à la réunion convoquée par l' UA et la SADC, mais pour leur présenter la résolution de l'atelier convoqué par Rajoelina pour tracer une feuille de route de transition politique.

Rajoelina a indiqué jeudi qu'il ne participerait pas à cette réunion en disant que beaucoup de travaux plus important lui attendent à Madagascar.

L'UA a donné un délai à Rajoelina jusqu'au 16 mars prochain pour appliquer les accords qu'il a signés avec les anciens présidents à Maputo, Mozambique, le 9 août 2009, et un acte additionnel qu'ils ont signé à Addis-Abeba, sinon des sanctions internationales seront imposées aux dirigeants de la HAT.

Ces accords dits « accords de Maputo » exigent que la transition politique ne devrait pas durer plus de 15 mois, à l'issue de laquelle des élections législatives et présidentielles devraient se tenir sous la supervision internationale. Ces accords ont amnistié l'ancien président malgache Ravalomanana, lui permettant de revenir au pays.

L'acte additionnel d'Addis-Abeba demande que Rajoelina soit à la tête de la transition avec deux co-présidents notamment Emmanuel Rakotovahiny de la mouvance Zafy et Fetison Rakoto Andrianirina de la mouvance Ravalomanana ainsi qu'un Premier ministre de consensus en la personne de Eugène Mangalaza de la mouvance Ratsiraka.

Pourtant la mouvance Rajoelina a rejeté ces accords le 9 décembre 2009 parce que les quatre mouvances n'ont pas pu s'accorder sur le partage des sièges dans le gouvernement de Mangalaza.

Depuis ce 9 décembre 2009, Rajoelina veut diriger seul la transition tandis que les trois anciens présidents veulent diriger avec lui cette transition, qui n'est qu'une période passagère pour préparer la quatrième République.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les dépenses militaires chinoises ralentissent
Chine : les "deux sessions" favorables à un mode de vie "à bas carbone"
La Commission européenne lance la « Stratégie Europe 2020 »
Explication du « miracle chinois » du point de vue économique
Vivre avec plus de dignité
Revirement des relations franco-russes qui ont dépassé la « période de gel »
Le « soulence » va-t-il enfin disparaitre des sessions annuelles ?