100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 07.03.2010 15h22
Madagascar : un débat chaud sur une feuille de route pour la transition politique (PAPIER-GENERAL)

Le débat est chaud au centre de conférence international d'Ivato (CCI) où l'atelier de deux jours appelé par le président de la Haute Autorité de Transition (HAT), Andry Rajoelina, le 25 février 2010, pour tracer une feuille de route sur l'avènement de la quatrième République, devrait terminer vendredi dans la soirée.

Le consensus est difficile à trouver pendant la séance plénière, ce qui a poussé le président de la séance plénière, Horace Gatien, de proposer un vote pour décider de la résolution de cet atelier.

Suite à une décision prise jeudi soir, plus de 2000 participants de cet atelier, selon le chiffre du comité d'organisation, ont voté vendredi vers midi sur une assemblée constituante ou un référendum constitutionnel.

Le professeur Honoré Rakotomanana, un expert agrégé en droit constitutionnel, a expliqué vendredi qu'une assemblée constituante est une assemblée élue au suffrage universel pour rédiger une nouvelle constitution avec des experts, mais leur mandat est abrogé dès qu'une nouvelle constitution est en vigueur.

Selon un autre professeur agrégé en droit constitutionnel, le professeur Alison Raharinarivonirina, un référendum constitutionnel est un suffrage universel sur une constitution nouvellement rédigée par des experts.

Les participants, dont les chefs des partis politiques à Madagascar et de toute la société civile ainsi que des représentants des 22 régions de la Grande île se sont mis d'accord jeudi que la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et le code électoral devraient être mis en place le mois de mars, la transition devrait se terminer cette année 2010, Andry Rajoelina reste le président de transition tandis que Camille vital reste le Premier Ministre.

Selon une radio privée, Radio Don Bosco, des bruits circulent que c'est la France qui a proposé à Rajoelina d'organiser cet atelier, lors de son déplacement discret en France le 26 janvier dernier.

Même si les trois mouvances dirigées chacune par les anciens présidents Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Albert Zafy ont été absentes, le parti Avant-garde pour la rénovation de Madagascar (Arema), un parti politique de l'ancien président Didier Ratsiraka a participé à cet atelier.

Les trois mouvances demandent l'application des accords que les quatre protagonistes ont signés à Maputo, Mozambique, le 9 août 2009, et un autre acte additionnel qu'ils ont signé le 7 novembre 2009 à Addis-Abeba.

Les accords de Maputo stipulent que la transition politique ne devrait pas durer plus de 15 mois, à l'issue de laquelle des élections législatives et présidentielles devraient se tenir sous la supervision internationale. Ces accords ont donné une amnistie en faveur de Ravalomanana, lui permettant de revenir au pays.

L'acte additionnel d'Addis-abeba exige la cohabitation entre les quatre protagonistes, en donnant à Rajoelina la présidence de transition mais lui adjoignant deux co-présidents notamment Emmanuel Rakotovahiny de la mouvance Zafy et Fetison Rakoto Andrianirina de la mouvance Ravalomanana et en nommant Eugène Mangalaza de la mouvance Ratsiraka en tant que Premier ministre de consensus.

La mouvance Rajoelina a rejeté ces accords le 9 décembre 2009 quand les quatre mouvances n'ont pas pu s'accorder sur le partage des ministères dans le gouvernement de Mangalaza.

L'Union Africaine a menacé d'imposer des sanctions internationales aux dirigeants de la HAT, si Rajoelina n'applique pas concrètement les accords de Maputo et l'acte additionnel d'Addis-Abeba jusqu'au 16 mars prochain.

L'Union Africaine (UA) et la Communauté de développement de l'Afrique Australe (SADC) ont convoqué d'urgence les quatre protagonistes malgaches se retrouver à Addis-Abeba le 8 et 9 mars prochains pour une transition consensuelle dans la grande île.

Les trois mouvances ont répondu oui à cette réunion convoquée par l'UA et le SADC, tandis que Andry Rajoelina a signalé qu'il n'y assistera pas, affiramnt qu'il y aura d'autre choses beaucoup plus importantes à régler à Madagascar.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les dépenses militaires chinoises ralentissent
Chine : les "deux sessions" favorables à un mode de vie "à bas carbone"
La Commission européenne lance la « Stratégie Europe 2020 »
Explication du « miracle chinois » du point de vue économique
Vivre avec plus de dignité
Revirement des relations franco-russes qui ont dépassé la « période de gel »
Le « soulence » va-t-il enfin disparaitre des sessions annuelles ?