100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 14.02.2010 14h33
Les dirigeants chypriotes grec et turc d'accord pour poursuivre les pourparlers de paix

Les dirigeants chypriotes grec et turc sont tombés d'accord à Chypre pour poursuivre leurs négociations visant à réunifier l'île, malgré l'approche d'un vote pour l'élection d'un nouveau dirigeant de la communauté chypriote turque.

Le président chypriote et dirigeant chypriote grec Demetris Christofias a proposé la tenue de quatre sommets avant le scrutin du 18 avril, a indiqué vendredi un porte-parole du gouvernement.

« En consultation avec les Nations unies à Chypre, ces réunions auront lieu le 24 février puis le 4, le 16 et le 30 mars », a déclaré ce porte-parole.

M. Christofias et le dirigeant chypriote turc Mehmet Ali Talat mènent depuis ces 17 derniers mois des discussions en vue de trouver une solution au problème de Chypre.

Le mois dernier, ils ont participé à une série de discussions intensives qui ont culminé lors d'une visite à Chypre du secrétaire général des Nations unies Ban Ki-Moon, qui a à cette occasion fait état de « progrès significatifs » sur les questions relatives à la gouvernance et au partage de pouvoirs.

Le chef de l'ONU a également encouragé les deux dirigeants à poursuivre leurs négociations et à faire preuve d'encore plus de flexibilité et de détermination à parvenir à un règlement.

Les Nations unies ont exprimé leur crainte que l'élection d' un nouveau dirigeant chypriote turc le 18 avril ne puisse se solder par une victoire du politicien d'extrême-droite Dervis Eroglu, qui plaide pour une politique plus radiale.

Les diplomates de l'ONU et de pays étrangers à Chypre s' inquiètent qu'une victoire dans les urnes de M. Eroglu ne résulte presque à coup sûr en une impasse pour ces négociations, qui porterait un nouveau coup à l'ambition de la Turquie d'intégrer l' Union européenne.

L'île de Chypre est divisée depuis l'intervention militaire en 1974 de la Turquie, qui a occupé le nord de l'île à la suite d' un coup d'État mené par un groupe d'officiers grecs.

En 1983, les autorités chypriotes turques ont déclaré la sécession de leur partie de l'île pour former la « République turque de Chypre Nord », à ce jour uniquement reconnue par la Turquie.

La partie chypriote grecque a rallié l'Union européenne au nom de l'île entière, et bloque aujourd'hui six étapes du processus d'adhésion de la Turquie, promettant d'en bloquer encore davantage si Ankara ne contribue pas activement à trouver une solution.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Mise en service du BRT (Bus Rapid Transit) expérimental à Guangzhou
Le tirage du Quotidien du Peuple atteint plus de 2,4 millions d'exemplaires
Obama envoie un message erroné
C'est une erreur que de traiter la Chine en ennemi
Les règles de la charité en Chine passées au crible après la donation de Zhang Ziyi
La « puissance » et l' « intransigeance » de la Chine
Notre société a besoin de sens commun et de rationalité