Ils rentrent chez eux main dans la main
100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 04.02.2010 07h59
La Maison Blanche qualifie l'essai de fusée iranien de "provocation"

La Maison Blanche a qualifié mercredi l'essai de tir de fusée de l'Iran "d'acte de provocation", ajoutant que les États-Unis appellent l'Iran à " respecter ses obligations internationales".

"Un tel lancement est manifestement un acte de provocation", a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche Bill Burton, précisant que les Etats-Unis effectuaient toujours les vérifications pour s'assurer si ce lancement a bien eu lieu.

"Le président estime qu'il n'est pas trop tard pour l'Iran d' agir comme il le doit, en revenant à la table des discussions avec la communauté internationale et en respectant ses obligations internationales", a déclaré M. Burton.

La chaîne iranienne de télévision par satellite en langue anglaise Press TV a rapporté plus tôt dans la journée qu'une fusée "Kavosh 3" (exploration 3) transportant une "capsule expérimentale " avait été lancée avec succès et permettrait de transmettre des données télémétriques, des images en direct et des données d' analyse environnementale.

Les fusées satellitaires utilisant la même technologie que les missiles balistiques, cette nouvelle annonce de l'Iran a soulevé des inquiétudes en Occident.

La France a déjà exprimé sa préoccupation, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Bernard Valero mettant en garde que ce lancement "ne peut qu'intensifier les inquiétudes de la communauté internationale" selon lesquelles l'Iran chercherait à " développer un programme nucléaire en parallèle".

L'Occident accuse l'Iran d'utiliser son programme nucléaire pour développer l'arme atomique, une accusation vivement démentie par Téhéran qui affirme que son programme nucléaire ne sert que des visées pacifiques.

Dennis Blair, directeur du renseignement national américain, a déclaré mardi que la communauté du renseignement estimait que l' Iran choisirait vraisemblablement l'utilisation de missiles comme vecteur privilégié pour un arme atomique.

"L'Iran dispose déjà du plus important stock de missiles balistiques au Moyen-Orient et continue d'augmenter la taille, la portée et la sophistication de ses missiles balistiques, dont beaucoup sont intrinsèquement capables de transporter une charge nucléaire", a dit M. Blair.

Toutefois, les milieux du renseignement ignorent si l'Iran se dotera à terme de l'arme atomique, a-t-il concédé.

La prise de décision iranienne est guidée par le rapport bénéfice/coût, a également indiqué M. Blair, estimant que cela donnait à la communauté internationale une possibilité de l' influencer.

Le porte-parole du département d'État P. J. Crowley a déclaré mercredi que les États-Unis espéraient voir le groupe P5+1, réunissant les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, la Russie, la Chine et l'Allemagne, ouvrir prochainement des discussions sur le dossier iranien.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Beijing double ses frais de parking pour réduire les embouteillages au centre-ville
Chine : des représentants du PCC rencontrent les envoyés du dalaï lama
En dépit de sa puissance économique montante, la Chine reste lucide
Quand la construction d'une résidence a des relents d'histoire ancienne...
Les exportations chinoises profitent au monde entier
Tennis : une défaite au goût de victoire
Qui sont les gagnants dans le jugement de l' « affaire Clearstream »