100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 22.01.2010 09h02
Le Brésil va renforcer son contingent des troupes en Haïti

Le ministère brésilien de la Défense sollicitera l'autorisation du Congrès pour envoyer 1300 troupes supplémentaires en Haïti, réagissant à la requête des Nations unies qui ont demandé un doublement des troupes brésiliennes dans le pays.

La démarche a été confirmée par le ministère de la Défense mercredi dans la nuit, estimant que la demande a été introduite par le ministre de la Défense Nelson Jobim et le ministre des Affaires étrangères Celso Amorim.

Le mémorandum d'explication a été envoyé à la présidence, qui l'enverra au Congrès pour être adopté comme un décret parlementaire.

Le président du Sénat Jose Sarney a indiqué que la commission chargée des travaux serait convoquée pendant les vacances parlementaires actuelles pour adopter la requête lundi prochain.

Actuellement, le Brésil assure le commandement de la Mission de stabilisation des Nations unies en Haïti (MINUSTAH) avec un contingent d'environ 1300 troupes.

La priorité du Brésil est d'envoyer des troupes ayant une expérience en Haïti, compte tenu du fait que 10.000 soldats brésiliens ont déjà participé aux opérations de la MINUSTAH.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté mardi l'envoi de 3.500 renforts en Haïti pour le maintien de l'ordre et la protection des convois humanitaires, suggérant que le Brésil augmente sa participation immédiatement d'au moins 900 soldats, y compris les fusiliers navals et les officiers de l'armée.

Séisme en Haïti

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Entretien entre le président chinois Hu Jintao et son homologue autrichien Heinz Fischer
La Chine appelle à renforcer le dialogue sur le dossier nucléaire iranien
Les menaces de retrait de Google, une simple tactique commerciale
Les Chinois sont-ils des « fanatiques de travail » ?
Moins de taxes et une croissance plus forte
La Chine apporte encore plus d'opportunités au monde
La Taxe carbone critiquée en tant qu' « impérialisme écologique »