100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 31.12.2009 08h16
Un diplomate russe qualifie d'"irresponsables" les accusations contre le programme nucléaire iranien

La Russie n'a pas de preuve sur l'intention présumée de Téhéran de créer des armes nucléaires, a déclaré un diplomate russe.

"Nous n'avons aucune raison de croire que l'Iran envisageait d'agir dans cette direction (développement des armes nucléaires)", a confié mardi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov à Russia Today, ajoutant que "sans preuve sérieuse, il est irresponsable de poser des accusations du genre".

La Russie reste convaincue que le seul moyen réaliste de résoudre le problème nucléaire iranien est "à travers le règlement politique et diplomatique des problèmes largement connus", a affirmé M. Riabkov.

La Russie a douté de l'efficacité des sanctions et expliqué que c'est "un fait bien connu" que "Téhéran est un partenaire difficile pour les six pays".

Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU ( Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie), avec l'Allemagne, sont actuellement en négociations avec Téhéran sur son programme nucléaire.

L'Iran se trouve au centre d'une dispute internationale concernant ses ambitions nucléaires. Les puissances occidentales soupçonnent que l'Iran tente de fabriquer des armes nucléaires, alors que Téhéran réfute que son programme nucléaire n'a pour but que de produire de l'énergie pour des fins pacifiques.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine continuera à lutter contre la pornographie sur Internet et sur téléphone portable
Quelle contribution le chemin de fer à grande vitesse peut-il apporter au développement de la Chine ?
La France « profondément blessée » après son échec cuisant aux EAU
« C'est maintenant ou jamais » : le marché immobilier en pleine effervescence
Volte-face difficile de la Chine au Sommet de Copenhague
La bulle immobilière est-elle prête à éclater en Chine ?
Relations sino-françaises 2009 : après la pluie, le beau temps