100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 07.12.2009 09h20
Un émissaire américain attendu à Pyongyang mardi pour relancer les négociations à Six (ANALYSE)

L'envoyé spécial américain, Stephen Bosworth, devrait se rendre à Pyongyang mardi pour tenter de convaincre le pays de retourner à la table des négociations à Six.

Pyongyang n'a pas encore confirmé cette information. Mais si elle s'avère vraie, M. Bosworth sera le premier haut-dignitaire de l'administration Obama à se rendre en République populaire démocratique de Corée (RPDC) et sa visite sera le premier contact officiel de Washington avec Pyongyang depuis l'entrée au pouvoir de M. Obama.

Contrairement à la politique de l'administration Bush qui rangeait la RPDC sur "l'axe du mal", l'administration Obama se dit prête à négocier directement avec Pyongyang.

Après l'essai du satellite et du second test nucléaire effectué par la RPDC, les Etats-Unis ont vivement critiqué le régime de Pyongyang et ont imposé des sanctions, mais ont gardé la porte ouverte au dialogue.

Pyongyang a adopté des tactiques doubles. Il s'est retiré des négociations à Six en réponse aux sanctions imposées par l'ONU et a refusé de mener le dialogue avec Washington, l'accusant de poursuivre sa politique hostile envers le régime.

Cependant, les relations entre les deux pays ont pris un virage favorable en juillet.

En août, Pyongyang a accueilli l'ancien président américain Bill Clinton et a accordé son pardon spécial, dans un geste de bonne volonté, à deux journalistes qui avaient été condamnées à 12 ans de travail forcé pour être illégalement entrées en RPDC.

Pour relancer le dialogue avec Washington, Ri Gun, en charge du dossier du nucléaire pour la RPDC, s'est rendu aux Etats-Unis en octobre et a rencontré à New York et en Californie Sung Kim, envoyé spécial américain, pour discuter des négociations sur le désarmement.

Pyongyang a également souligné la nécessité de négocier directement avec Washington, déclarant que "seulement si les relations hostiles entre les deux pays étaient résolues et la confiance recréée, la dénucléarisation pourrait faire des progrès significatifs".

La visite de M. Bosworth n'est pas une surprise, compte tenu de l'empressement de Pyongyang pour un dialogue direct avec Washington, et l'intention de l'administration Obama de laisser la porte ouverte au dialogue.

La partie américaine a réitéré que la prochaine visite de M. Bosworth a pour but d'inciter la RPDC à retourner à la table des négociations à Six, et à honorer ses engagements.

"Les sanctions actuelles ne seront pas relâchées avant que Pyongyang ne prennent des mesures vérifiables et irréversibles envers la dénucléarisation totale", a souligné la secrétaire d' Etat américaine, Hillary Clinton, en octobre.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine: la mise en oeuvre du plan d'action sur les droits de l'homme progresse
Deux touristes chinois tués dans la collision de deux bateaux en Thaïlande
Chine : il est indispensable que le travail soit vraiment rémunéré
Croissance à contre-courant des investissements chinois à l'étranger
La crise financière de Dubaï produit des effets limités sur la Chine
La crise de la dette de Dubaï : qui court le plus grand risque ?
Les taxes commerciales imposées du fait des surcapacités de production chinoises ne sont qu'une « excuse »