100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 28.10.2009 15h15
La victime de Roman Polanski souhaite l'abandon des poursuites

La femme violée par Roman Polanski souhaite que la procédure engagée contre lui soit abandonnée, afin de préserver sa propre santé mentale.

Samantha Geimer – qui s'appelait Samantha Gailey quand le réalisateur l'a violée alors qu'elle n'avait que treize ans – a réclamé devant la justice californienne l'abandon des poursuites, parce qu'elle ne supporte plus d'être en permanence l'objet de l'attention des médias.

Son avocat, Lawrence Silver, a produit des documents déposés à la Cour d'appel du deuxième district de l'Etat : "L'affaire a eu des effets sur sa santé.

"Les poursuites ont eu des interférences avec son travail, ce qui a causé un mécontentement légitime de la part de son employeur, et la possibilité réelle que Samantha puisse perdre son emploi".

Samantha, qui avait déjà demandé l'abandon des poursuites– ne peut s'exprimer sur l'affaire pour des raisons légales, mais avait précédemment raconté à quel point les médias avaient envahi sa vie depuis l'arrestation de Polanski au mois d'août.

Samantha, aujourd'hui âgée de 45 ans, a raconté : "Je peux vous dire que des journalistes sont garés à l'extérieur de mon domicile, harcelant ma famille et mes voisins, et c'est extrêmement déplaisant".

Roman Polanski a été arrêté en Suisse à Zurich, et est menacé d'extradition vers les Etats-Unis après s'être enfui en France en 1978 alors qu'il avait été accusé d'avoir eu des relations sexuelles illégales avec une mineure.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Survenance du pic de propagation de la grippe saisonnière à Beijing
Un système de service public de vélo sera établi à Wuhan
Nicolas Sarkozy brandit "la Douce France" comme étendard de l'identité nationale
Il ne faut pas accorder trop d'importance aux propos légers tenus par certains fonctionnaires de la banque centrale de Chine
L'élection de Jean Sarkozy en tant qu'administrateur de l'EPAD suscite controverse et suspicion