100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 22.10.2009 08h53
La Russie pourrait révoquer le contrat de missile avec l'Iran, sans conséquence financière majeure

La possible décision de la Russie de mettre fin au contrat de livraison du système de défense anti-aérien S-300 à l'Iran n'aura pas de conséquences financières significatives pour Moscou, a rapporté mercredi l'agence Interfax.

"Bien que le contrat ait été signé il y a plusieurs années, la Russie n'a pas encore confirmé son entrée en vigueur. Par conséquent, l'Iran n'a procédé à aucun paiement dans le cadre de ce contrat", a fait savoir à l'Interfax un responsable du gouvernement sous couvert d'anonymat.

Pour certaines raisons, l'accord sur la vente du système S-300 à l'Iran a été suspendu pour une durée indéfinie, à peine signé, a rappelé le responsable.

Pourtant, il est peu probable que la Russie annule le contrat unilatéralement, a-t-il affirmé, ajoutant que cela dépendrait largement des "circonstances politiques maintenant que le contrat n'est plus considéré comme un accord commercial de routine".

Il a écarté tout problème technique pour l'application du contrat, indiquant que la livraison pouvait être effectuée très vite, car les missiles ont suivi des préparations de pré-vente et sont actuellement stockés dans les dépôts du ministère russe de la Défense.

Selon des informations officieuses, le contrat prévoit la vente de missiles S-300PMU1, pour un montant de quelque 800 millions de dollars.

Ce système est conçu pour intercepter les avions modernes, les missiles de croisière stratégiques, ainsi que d'autres engins dont la vitesse peut atteindre jusqu'à 2.800 mètres par seconde.

Le mois dernier, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a effectué une visite secrète à Moscou, pour aborder, selon les médias locaux, les questions liées à la vente du système S-300 à l'Iran.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine intensifiera sa coopération financière avec l'ASEAN
Grippe A/H1N1: une seconde vague de contagions frappe la Chine
Foire du Livre de Francfort : la Chine et l'Occident à l'écoute de l'un l'autre
Faire fi de l'héritage de la guerre froide et aller de l'avant
Conviction et scepticisme sur l'IBED