100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 12.10.2009 10h19
Pour le PM turc, la signature des protocoles turco-arméniens est « une étape significative »

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré dimanche que la signature des protocoles entre la Turquie et l'Arménie est « une étape significative et nous en sommes ravis ».

M. Erdogan a indiqué lors d'une conférence de presse après une réunion du conseil exécutif central de son parti, le Parti Justice et développement (AK) : « J'ai envoyé une lettre à l'ancien président arménien, Robert Kocharian, en 2005 dans laquelle je lui proposais de résoudre les problèmes entre nos deux pays. Mais nous ne pouvions même pas recevoir de réponse. Aujourd'hui, un développement exemplaire s'est produit dans nos efforts en vue de trouver des solutions pacifiques dans notre région ».

« Notre volonté politique est de résoudre nos problèmes avec l' Arménie par le dialogue. Ensuite, de grandes opportunités de coopération émergeront dans tous les domaines pour les peuples turc et arménien », a-t-il affirmé.

« Les peuples turc et arménien ont vécu côte-à-côte pendant des siècles. Pourquoi devrions-nous nous enticher des périodes amères de l'histoire ? Nous attendons de l'Arménie qu'elle respecte les règles du droit international. Nous voulons transformer le sud du Caucase en une région de paix permanente, d'amitié, de stabilité et de prospérité », a-t-il souligné.

« Mais je souhaite réitérer une fois encore que le Turquie ne peut assurer une attitude positive que si l'Arménie se retire des territoires azerbaïdjanais », a tenu à rappeler M. Erdogan.

Selon lui, Ankara espère que l'Azerbaïdjan et l'Arménie résoudront le problème du Haut Karabagh, ajoutant que « si cela se produit, nos peuples adopteront rapidement la normalisation des relations turco-arméniennes ».

Samedi, le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, et son homologue arménien, Eduard Nalbandian, ont signé deux protocoles pour normaliser et développer les relations entre les deux pays dans la ville suisse de Zürich.

La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, et le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Javier Solana, ont participé à cette cérémonie de signature.

La Turquie et l'Arménie ont accepté d'établir des relations diplomatiques et d'ouvrir leurs frontières longtemps fermées, selon les textes des protocoles. Les deux documents doivent maintenant être ratifiés par les parlements des deux pays.

La Turquie et l'Arménie n'entretiennent aucune relation diplomatique ou économique depuis que l'Arménie a déclaré son indépendance en 1991. La Turquie a fermé ses frontières avec l' Arménie en 1993 en soutien à l'Azerbaïdjan pendant le conflit qui l'opposait à l'Arménie au sujet de la région du haut Karabakh, enclave azerbaïdjanaise occupée par les troupes arméniennes.

Les désaccords opposant la Turquie à l'Arménie remontent à la période de la première Guerre mondiale. L'Arménie affirme que plus d'1,5 millions d'Arméniens ont été tués dans un génocide systématique par les Ottomans à cette époque, mais la Turquie insiste sur le fait que les Arméniens ont été les victimes d'un chaos généralisé à l'effondrement de l'empire Ottoman.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine critique les Etats-Unis pour avoir remis un prix au Dalai Lama
Vice-président chinois Xi Jinping commence la visite en Europe
Le développement de la Chine donne de l'espoir à l'Afrique
Sommet du G20 : pas de perdant ni de gagnant
Pourquoi la Chine a-t-elle pu échapper à la « théorie de l'écroulement » ?