100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 09.10.2009 10h58
Madagascar : l'ancien président Ravalomanana refuse la proposition sur la présidence de transition

L'ancien président malgache, Marc Ravalomanana, a refusé la proposition sur la présidence de transition annoncée mardi suite à la réunion entre les médiateurs internationaux et les parties prenantes malgaches pour résoudre la crise politique actuelle.

« Nous ne pouvons pas légitimer qu'un putschiste soit président. Je ne signerai pas cet accord,» a dit Ravalomanana à ses partisans, par un appel téléphonique venant de l'Afrique du Sud mercredi.

Sous la médiation de la communauté internationale, des représentants des quatre mouvances politiques ont convenu que Andry Rajoelina, le président actuel de la transition, reste dans sa présidence de la transition, qui devrait prendre fin en octobre de l'année prochaine.

Les mouvances dirigées chacune par Rajoelina et les anciens présidents Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Albert Zafy, ont également convenu que le Dr Emmanuel Rakotovahiny, le Premier ministre dans le régime de Zafy de 1993 à 1996, sera le vice- président de la transition et Eugène Mangalaza, ancien président de l'université de Toamasina, sera le Premier Ministre pour remplacer Monja Roindefo Zafitsimivalo, nommé par Rajoelina février dernier.

Lors de ses entretiens avec les médiateurs internationaux, y compris le président de la Commission de l'Union Africaine Jean Ping et l'ancien président de Mozambique, Joachim Chissano, le représentant de Ravalomanana a clairement indiqué que Rajoelina devrait ouvertement déclarer qu'il ne sera pas candidat aux prochaines élections nationales.

Ravalomanana et sa mouvance ont menacé de se retirer de nouveaux ses accords signés avec les trois mouvances politiques malgaches si Rajoelina refuse la demande.

« Ne vous inquiétez pas, cet accord n'a pas encore été signé par les quatre intervenants,» a déclaré Ravalomanana.

À l'issue de la réunion mardi, Jean Ping, lors d'une conférence de presse, a invité les quatre mouvances du pays à aller à un autre pays pour poursuivre leur dialogue et signer l' accord.

Fetison Rakoto Andrianirina, représentant de la mouvance Ravalomanana, a déclaré jeudi que sa mouvance a accepté que le président de la transition soit de la mouvance de Rajoelina mais cela ne soit pas forcement Rajoelina personnellement.

Pourtant, les représentants des mouvances dirigés par Ratsiraka, Zafy et Rajoelina ont dit qu'ils soutenaient la faisabilité des accords conclus mardi malgré la déclaration de Ravalomanana.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
181 étrangers participeront au défilé consacré à la célébration de la Fête nationale
Le Premier ministre chinois se rendra en RPDC en octobre
Le développement de la Chine donne de l'espoir à l'Afrique
Sommet du G20 : pas de perdant ni de gagnant
Pourquoi la Chine a-t-elle pu échapper à la « théorie de l'écroulement » ?