100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 09.10.2009 08h04
L'envoyé de l'ONU dément les accusations de partialité sur les élections en Afghanistan

L'envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU rejette comme infondées les accusations de partialité dans l'élection présidentielle afghane, indique un communiqué publié jeudi par son bureau.

« Certains interprètent désormais mon silence, au point de perturber le processus électoral en cours. Ceci est inacceptable. Ma seule motivation est ma détermination à faire tous les efforts nécessaires pour mener le processus électoral à sa conclusion », ajoute le communiqué.

Un certain nombre d'hommes politiques, dont le principal rival de M. Karzai, Abdullah Abdullah, ont mis en cause le rôle du haut représentant de l'ONU dans le déroulement du scrutin en Afghanistan.

M. Abdullah a tenu ces propos dans la foulée du limogeage de Peter Galbriath, adjoint de M. Eide, par celui-ci. Le candidat à la présidence a accusé M. Eide d'avoir couvert des fraudes lors de cette élection, et d'avoir pris parti pour le président sortant Hamid Karzai.

« Les accusations selon lesquelles les Nations unies auraient dissimulé les fraudes, ou selon lesquelles j'aurais demandé de les dissimuler, sont totalement fausses. Je compte répondre ouvertement, en temps voulu, à ces allégations de fraude et de partialité à l'encontre des Nations unies ou de ma personne », déclare le diplomate de l'ONU.

Les résultats préliminaires du scrutin créditent M. Karzai de 54 pourcent des voix, contre 28 pourcent pour son principal rival, M. Abdullah, avec un total de plus de 5,5 millions de votants.

Les résultats définitifs de la présidentielle afghane du 20 août n'ont pas encore été annoncés.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
181 étrangers participeront au défilé consacré à la célébration de la Fête nationale
Le Premier ministre chinois se rendra en RPDC en octobre
Le développement de la Chine donne de l'espoir à l'Afrique
Sommet du G20 : pas de perdant ni de gagnant
Pourquoi la Chine a-t-elle pu échapper à la « théorie de l'écroulement » ?