100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 01.10.2009 13h20
Pérou : Fujimori condamné à 6 ans de prison

La Cour suprême de justice péruvienne a condamné l'ancien président péruvien, Alberto Fujimori, à six ans de prison pour écoutes téléphoniques illégales, corruption, et aussi pour avoir payé une chaîne de télévision et un quotidien national pour s'assurer une couverture favorable.

Le jugement prévoit également le versement de 24 millions de nuevos soles (huit millions de dollars) à l'Etat et trois millions de nuevos soles (un million de dollars) aux victimes, parmi lesquelles figurent des hommes politiques, journalistes et anciens députés.

C'est la quatrième condamnation de M. Fujimori depuis son extradition du Chili en septembre 2005.

Son quatrième procès avait commencé le 28 septembre dernier et l'ancien président a décidé d'utiliser la figure judiciaire du "jugement anticipé".

A l'annonce du verdict, M. Fujimori a déclaré qu'il tentera de faire annuler le jugement. Il dispose d'un délai de 10 jours pour présenter sa requête.

Son premier jugement avait porté sur l'attaque illégale contre la maison de Trinidad Becerra, la femme de son ancien conseiller et ancien chef du service de renseignement national, Valdimiro Montesinos. Il avait été condamné à six ans de prison.

Lors du deuxième jugement, il avait été condamné à 25 ans de prison pour violation des droits de l'homme avec l'aide d'un groupe paramilitaire en 1991 et 1992.

Quant à son troisième jugement, il concernait l'utilisation d'argent public pour verser 15 millions de dollars à M. Montesinos en rétribution de ses services.

Au Pérou, les peines ne sont pas cumulables, le condamné ne purge que la peine la plus longue.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
181 étrangers participeront au défilé consacré à la célébration de la Fête nationale
Le Premier ministre chinois se rendra en RPDC en octobre
Le développement de la Chine donne de l'espoir à l'Afrique
Sommet du G20 : pas de perdant ni de gagnant
Pourquoi la Chine a-t-elle pu échapper à la « théorie de l'écroulement » ?