100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 01.10.2009 08h24
La rencontre de Génève sur le nucléaire iranien est un test pour "l'honnêteté" (Ahmadinejad)

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a indiqué mercredi que la prochaine rencontre à Génève entre Téhéran et les six pays négociant avec l'Iran sur son programme nucléaire est un test pour "l'honnêteté et le respect de la loi et de la justice par certains pays."

L'Iran et les six principales puissances --les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne -- se rencontreront le 1er octobre à Génève pour la reprise des efforts internationaux visant à résoudre la question du nucléaire iranien suite à leur rencontre de 2008 sans atteindre des progrès substantiels.

"La rencontre de demain est une plateforme pour mettre à l'épreuve la volonté de certains pays à poursuivre leur slogan du changement," a déclaré Ahmadinejad selon la télévision publique IRIB TV.

La prochaine rencontre "est une unique opportunité pour les deux pays européens et les Etats-Unis de changer leur situation dans le monde et revoir leurs relations avec les (autres) gouvernements et garantir la loi, la justice et le respect mutuel, " a-t-il déclaré.

Mardi, le parlement iranien a indiqué dans une déclaration que les discussions de jeudi offriront une bonne opportunité pour sortir de l'impasse actuel entre l'Iran et le Conseil de sécurité des Nations unies.

Les Etats-Unis et les autres puissances occidentales suspectent que le programme nucléaire de l'Iran est destiné à produire du matériel pour l'armement nucléaire, mais Téhéran soutient que son programme n'a pas d'objectif militaire et a toujours rejeté les appels à son interruption.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
181 étrangers participeront au défilé consacré à la célébration de la Fête nationale
Le Premier ministre chinois se rendra en RPDC en octobre
Le développement de la Chine donne de l'espoir à l'Afrique
Sommet du G20 : pas de perdant ni de gagnant
Pourquoi la Chine a-t-elle pu échapper à la « théorie de l'écroulement » ?