100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 29.09.2009 07h47
Les Etats-Unis cherchent une position plus dure envers la RPDC

Face à la crise soudaine provoquée par l'essai nucléaire de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) lundi, le président américain Barack Obama ainsi que son administration cherchent une position plus dure pour que la sécurité soit assurée en Asie du Nord-Est.

M. Obama a eu lundi une conversation téléphonique avec son homologue sud-coréen Lee Myung-bak et le Premier ministre japonais Taro Aso sur ce dossier, afin de coordonner une réaction trilatérale face à Pyongyang.

Lundi, la RPDC a annoncé "un nouvel essai nucléaire souterrain couronné de succès", le qualifiant de "dissuasion nucléaire d'auto-défense". Mais la Corée du Sud et le Japon considèrent une RPDC équipée d'armes nucléaires comme une importante menace contre leur sécurité.

MM. Obama et Lee se sont mis d'accord pour "travailler ensemble et étroitement pour chercher et soutenir une vive résolution du Conseil de sécurité de l'ONU comprenant des mesures concrètes, afin de réduire les activités nucléaires et de missiles de la Corée du Nord", selon un communiqué de la Maison Blanche.

M. Obama a aussi convaincu M. Aso que les Etats-Unis "se sont engagés sans équivoque à défendre le Japon et à maintenir la paix et la sécurité en Asie du Nord-Est".

Mme Hillary Rodham Clinton, secrétaire d'Etat américaine, s'est aussi entretenue par téléphone avec les chefs de la diplomatie japonaise et sud-coréenne de la réaction à l'essai nucléaire de la RPDC, qui constitue le deuxième depuis 2006.

Elle a souligné au ministre japonais Hirofumi Nakasone et au ministre sud-coréen Yu Myung-hwan l'importance d'"une position forte et unie face à cette menace contre la paix et la sécurité internationale", a déclaré le porte-parole du Département d'Etat, Ian Kelly.

"La secrétaire d'Etat Clinton engage une diplomatie intense concernant les déclarations de la RPDC sur un essai nucléaire", a-t-il dit, ajoutant que Mme Clinton en discutera plus tard avec ses homologues chinois et russe.

Le dernier essai nucléaire de Pyongyang s'est produit après que le Conseil de sécurité de l'ONU eut adopté fin avril une déclaration présidentielle condamnant son lancement le 5 avril d'une fusée et lui demandant de ne plus procéder à un autre lancement.

Dans une déclaration officielle, M. Obama a accusé Pyongyang de "faire fi sans scrupule de la communauté internationale" par la violation du droit international et de "menacer la paix et la sécurité internationales".

Il a promis de consulter les alliés des Etats-Unis et les membres du Conseil de sécurité de l'ONU sur l'essai nucléaire et la série d'essais de tirs de missiles de courte portée de la RPDC.

L'essai nucléaire de la RPDC a suscité des condamnations partout dans le monde. Le Conseil de sécurité de l'ONU l'a condamné comme "une évidente violation" des résolutions du Conseil de sécurité et s'est engagé à élaborer immédiatement une nouvelle résolution.

"Les Etats-Unis estiment qu'il s'agit d'une grave violation du droit international et une menace contre la paix et la sécurité régionales et internationales (...) Pour cette raison, les Etats-Unis chercheront une forte résolution ayant de fortes mesures", a commenté l'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU, Susan Rice.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine: de nouveaux types de missiles lors du défilé de la Fête nationale
Le président chinois appelle aux efforts pour promouvoir la croissance et au développement équilibré
Sommet du G20 : pas de perdant ni de gagnant
Pourquoi la Chine a-t-elle pu échapper à la « théorie de l'écroulement » ?
La Chine est un nouveau modèle de développement pour le monde