100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 28.09.2009 16h50
Le Honduras lance un ultimatum au Brésil

Le gouvernement provisoire du Honduras a adressé un ultimatum de 10 jours au Brésil pour décider du sort du président déchu Manuel Zelaya, qui s'est réfugié à l'ambassade de ce pays. Le gouvernement brésilien a immédiatement rejeté cet ultimatum.

Le président intérimaire du Honduras, Roberto Micheletti, a prévenu samedi que son gouvernement serait forcé d'agir si le Brésil ne précise pas bientôt le statut de Zelaya. Ce dernier s'est placé sous la protection de l'ambassade du Brésil à Tegucigalpa après être rentré furtivement au pays.

Le président brésilien a rejeté dimanche l'ultimatum et réclamé des excuses de Micheletti.

Luiz Inacio Lula Da Silva

Président du Brésil

"Le gouvernement brésilien n'obéit pas à un ultimatum venant de ceux qui ont mené le coup d'Etat. Je ne reconnais même pas ce gouvernement."

Le Brésil avait déclaré que Zelaya pouvait rester à l'ambassade aussi longtemps que nécessaire, mais l'ultimatum l'a forcé à décider entre accorder l'asile politique à Zelaya ou le livrer aux autorités honduriennes.

Le gouvernement du Honduras a coupé l'eau et l'électricité à l'ambassade brésilienne depuis que Zelaya s'y est réfugié.

Des centaines de soldats et d'agents de la police anti-émeute ont encerclé l'ambassade, tandis que des manifestants s'y sont rendus presque tous les jours pour demander que Zelaya soit réintégré à la présidence.

Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le président chinois avance une proposition en cinq points pour un monde plus sûr
Justine Henin de retour
Sommet du G20 : pas de perdant ni de gagnant
Pourquoi la Chine a-t-elle pu échapper à la « théorie de l'écroulement » ?
La Chine est un nouveau modèle de développement pour le monde