100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 24.09.2009 08h59
Sarkozy refuse de libérer des prisonniers iraniens en échange de Clotilde Reiss
Clotilde Reiss

Le président français Nicolas Sarkozy a refusé mercredi de libérer des prisonniers iraniens détenus à Paris en échange du retour de la jeune universitaire Clotilde Reiss, comme avait proposé son homologue iranien Mahmoud Ahmadinejad.

Interrogé par les chaînes de télévision TF1 et France 2 à New York sur la possibilité que la France accepte de libérer un détenu iranien condamné pour l'assassinat de l'ancien Premier ministre iranien Chapour Bakhtiar, le chef de l'Etat français a répondu "non".

"Est-ce que vous croyez que je suis un homme à aller échanger l'assassin de Chapour Bakhtiar contre une jeune étudiante française?", a interrogé M. Sarkozy.

Mardi, un entretien diffusé par France 2, M. Ahmadinejad avait proposé la remise en liberté de plusieurs Iraniens, renfermés en France depuis des années, en échange de Clotilde Reiss.

Selon les médias français, le président iranien avait fait allusion notamment à Ali Vakili Rad, condamné en 1994 à Paris pour l'assassinat de Chapour Bakhtiar.

Pour sa part, le président français a souligné que Clotilde Reiss est une jeune femme "innocente" et doit être libérée.

Clotilde Reiss avait travaillé cinq mois comme lectrice de français à Ispahan en 2009, avant d'être interpellée le 1er juillet à Téhéran pour avoir participé à des manifestations post-électorales en Iran et fourni des informations à l'ambassade de France.

Libérée à la mi-août, la jeune française reste toujours dans l'ambassade de France à Téhéran, en attendant son jugement.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'Asie contribue de façon importante au redressement de l'économie mondiale
Le président chinois arrive à New York
La rencontre Hu Jintao-Nicolas Sarkozy axée sur trois sujets importants
Les 60 ans de la Chine nouvelle vus par des chiffres
La Chine dépasse pour la première fois les Etats-Unis quant au commerce des articles de luxe