100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 23.09.2009 16h26
AIEA : adoption d'une résolution sur la question nucléaire israélienne

La 53e conférence générale de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a adopté une résolution qui appelle Israël à adhérer au Traité de non prolifération nucléaire (TNP) et à soumettre l'ensemble de son programme nucléaire à l'inspection de l'AIEA.

C'est la première fois en 20 ans que l'AIEA adopte une résolution portant directement sur le programme nucléaire israélien, a confié à Xinhua un haut responsable de l'AIEA qui a requis l'anonymat.

Cette résolution a été adoptée par 49 voix contre 45 avec 16 abstentions. Elle conduira la communauté internationale à faire davantage attention à la question nucléaire israélienne qui divise la communauté internationale depuis longtemps.

Israël jouit non seulement d'une supériorité militaire conventionnelle au Moyen-Orient mais est aussi largement soupçonné de fabriquer des armes nucléaires, y compris des armes pouvant frapper sur terre, dans les airs et en mer.

Le gouvernement israélien ne dément ni ne confirme sa capacité nucléaire militaire.

L'Etat hébreu est le seul pays de la région qui n'a pas signé le TNP et n'accepte donc que des inspections limitées de l'AIEA.

Depuis 1991, les conférences annuelles de l'AIEA tentent d'aborder la question nucléaire israélienne. Mais jusqu'au 18 septembre dernier, les pays occidentaux ont toujours exercé des pressions pour éviter qu'un vote n'ait lieu, si bien qu'aucune résolution n'a été adoptée lors des conférences précédentes.

Au cours de la conférence générale de l'AIEA cette année, les pays qui ont voté en faveur de la résolution sont les pays arabes, les pays en voie de développement et la Russie, qui est membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU.

Cela montre que de plus en plus de pays dans le monde se préoccupent de la menace possible du programme nucléaire israélien.

Interrogés sur la pertinence d'une résolution sur la question nucléaire israélienne, certains pays occidentaux ont à nouveau prôné l'"inaction".

Si la majorité des pays membres apportent leur soutien à la motion, les résolutions qui en découleraient ne seront toutefois pas soumises au vote de la conférence générale.

En dépit des préoccupations des pays arabes sur les capacités nucléaires israéliennes, les Etats-Unis et leurs alliés ont insisté sur le fait que l'Iran est la menace la plus grave en ce qui concerne la prolifération nucléaire dans la région.

Après que la résolution officielle eut été adoptée, l'ambassadeur d'Iran Ali Asghar Soltanieh a indiqué que le vote était "un triomphe, un moment glorieux" qui "laisse espérer que l'Occident ajustera ses politiques".

Le délégué israélien David Danieli a affirmé que son pays ne coopérera pas dans le cadre de cette résolution.

"Cette résolution aggravera le conflit politique et les divisions dans la région du Moyen-Orient", a-t-il estimé.

Les pays occidentaux, dont les Etats-Unis et l'Union européenne, se sont opposés à cette résolution, arguant que la résolution de jeudi appelle déjà à la dénucléaristaion du Moyen-Orient et qu'il est donc inutile d'émettre une résolution spécifique pour Israël.

"Il s'agit d'une approche très politisée qui n'aborde pas sérieusement la complexité de la situation nucléaire au Moyen-Orient", a annoncé le délégué en chef américain Glyn Davies.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le président chinois arrive à New York
Retour de Liu Xiang
La rencontre Hu Jintao-Nicolas Sarkozy axée sur trois sujets importants
Les 60 ans de la Chine nouvelle vus par des chiffres
La Chine dépasse pour la première fois les Etats-Unis quant au commerce des articles de luxe