Edition du week-end/Plan du site/Notre site/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 03.08.2009 15h10
Le président pakistanais inquiet de la situation à Gojra

Le président pakistanais, Asif Ali Zardari, a demandé aux autorités concernées d'assurer le rétablissement de la loi et de l'ordre dans la ville de Gojra à majorité chrétienne située dans l'est du Pakistan, a déclaré dimanche un porte-parole du président.

Le porte-parole du président, Farhatullah Babar, a déclaré aux journalistes que M. Zardari s'est dit très inquiet des incidents qui se sont produits à Gojra, au cours desquels au moins sept personnes, dont quatre femmes et deux enfants, ont été brûlées à mort et des douzaines d'autres blessées grièvement, après la seconde vague de violence contre les chrétiens de la province du Penjab en un mois.

Les dernières violences, qui ont commencé il y a environ un mois après les allégations selon lesquelles un exemplaire du Coran aurait été profanée, se sont intensifiées samedi quand les locaux, scandant des slogans contre les chrétiens, sont descendus dans les rues de la ville chrétienne.

Indiquant que personne ne sera autorisé à mener justice soi- même, M. Zardari a demandé au ministre fédéral chargé des Affaires minoritaires, Shahbaz Bhatti, de rester à Gojra jusqu'à ce que la situation retourne à la normale, et lui a également demandé de prendre des mesures pour protéger la vie et les biens des habitants.

Après l'escalade des violences, le ministre de l'Intérieur, Rehman Malik, sur les ordres du président Zardari, a demandé aux Rangers du Penjab, force paramilitaire, de se rendre à Gojra pour aider l'administration civile à maintenir la loi et l'ordre.

Les Rangers, qui ont pris le contrôle de la ville, ont commencé à patrouiller à Gojra. Le porte-parole des Rangers a fait savoir que la situation est désormais sous contrôle.

Par ailleurs, le ministre de la Justice du Penjab, Rana Sanaullah, a indiqué que la police, dans le cadre d'une vaste opération, a arrêté une centaine de personnes, dont Abdul Khalid, membre d'une organisation interdite.

M. Sanaullah a indiqué que les autorités ont enquêté sur les accusations de profanation du Coran « et nos premiers rapports ont montré qu'il n'y a pas eu profanation ».

D'après lui, la situation s'est calmée vendredi, mais les extrémistes sont entrés samedi dans la ville et ont poussé les habitants dans des affrontements armés.

M. Sanaullah a ajouté que les incidents de Gojra ne sont pas des affrontements religieux entre chrétiens et musulmans mais sont en fait provoqués par des terroristes qui poursuivent leur propre agenda.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Typhon Morakot: 44 millions de dollars de dons de la partie continentale de Chine à Taiwan
Le 11e Festival des arts de l'Asie a commencé à Ordos
La grandeur d'âme du peuple chinois reflétée à travers les changements de l'Avenue Chang'an
Les chiffres de juillet montrent plus de changements positifs dans l'économie chinoise
Quel est le but des visites en Afrique des dirigeants américains ?