Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>International
Mise à jour 08.04.2009 08h43
Les effets de la crise financière sur les vulnérables, "point d'urgence" de la 120ème Assemblée de l'UIP (PAPIER GENERAL)

Les parlementaires participant à la 120ème Assemblée de l'Union interparlementaire ( UIP), qui se tient du 5 aus 10 avril à Addis Abeba, sont tombés d'accord lundi pour inscrire, comme "point d'urgence" à l'ordre du jour de l'Assemblée, "le rôle des parlements dans l'atténuation des effets sociaux et politiques de la crise économique et financière internationale sur les groupes les plus vulnérables de la communauté mondiale, en particulier en Afrique".

Un projet de résolution à ce sujet devra être adopté vendredi, dernier jour de la 120ème Assemblée de l'UIP.

Sept propositions avaient été proposés respectivement par l'Inde, les Emirats arabes unis, le Mexique, Oman, le Venezuela, le Canada et l'Iran, portant entre autres sur le terrorisme transfrontalier, le problème de Gaza, les crimes organisés et la crise financière.

La réunion de lundi sur l'inscription d'un point d'urgence a décidé d'accepter une proposition conjointe du Canada et du Venezuela, après le retrait par l'Inde, le Mexique et Oman de leurs propositions.

Le Canada, dont la proposition était "le rôle des parlements afin d'atténuer les répercussions de la crise financière mondiale sur les plus vulnérables du monde", et le Venezuela, dont la proposition était "l'impact négatif de la crise économique et financière internationale sur les secteurs les plus vulnérables de la communauté mondiale, notamment en Afrique", ont décidé d'unifier leurs suggestions point d'urgence.

Selon la mémoire explicatif initialement présenté par le Canada à propos de sa proposition, bien que la plupart des pays à faible revenu aient échappé aux premières manifestations de la crise mondiale, ils sont maintenant frappés de plein fouet, principalement à cause des répercussions sur leur commerce de biens en raison de la réduction de la demande dans les pays développés de biens importés des pays en développement.

"Le ralentissement économique mondial entraîne une augmentation de la pauvreté. Chaque baisse d'un pour cent de la croissance économique mondiale pourrait signifier que 20 millions de personnes de plus vivent dans la pauvreté", dit la proposition.

Le projet de résolution avancé par le Canada demande aux parlementaires d'examiner des façons d'atténuer "les effets délétères" de la crise financière mondiale, particulièrement dans les pays en développement, et prie les gouvernements des pays développés d'assumer "une juste responsabilité à l'égard des pays en développement, particulièrement dans l'élaboration de stratégies visant la crise financière mondiale.

Dans sa mémoire explicatif, le Venezuela a fait remarquer qu'une grande partie des catégories les plus vulnérables de la société mondiale se trouvent en Afrique, où vivent plus de 920 millions de personnes, et deux cinquièmes de la population africaine vivent avec moins d'un dollar américain par jour.

Le Venezuela a proposé dans son projet de résolution d'appeler tous les parlements à considérer 2009 comme l'année de la lutte pour l'éradication de la pauvreté, de l'injustice sociale et de leurs causes profondes, en particulier en Afrique. Le texte appelle aussi les parlements et les gouvernements à élaborer les instruments nécessaires à l'application rapide de mesures propres à combattre efficacement la pauvreté et l'injustice dans le monde, en particulier en Afrique.

Selon le règlement de l'assemblée de l'UIP, tout membre de l'Union peut demander l'inscription d'un point d'urgence à l'ordre du jour de l'Assemblée. L'Assemblée ne peut inscrire à son ordre du jour qu'un seul point d'urgence.

Un point d'urgence à inscrire à l'ordre du jour de l'Assemblée de l'UIP doit porter sur un événement majeur de portée internationale sur lequel il paraît nécessaire que l'UIP prenne position. Pour être acceptée, pareille demande doit obtenir en sa faveur les deux tiers des suffrages exprimés.

Source: xinhua



Adresse email du destinataire


 Gates annonce un changement majeur dans les dépenses militaires des Etats-Unis
 La Russie met en garde contre les décisions imprudentes sur le lancement du satellite de la RPDC
 Le ministre français des AE défavorable à l'entrée d'Ankara dans l'UE
 Raul Castro rencontre une délégation parlementaire américaine
 La majorité des Américains en faveur de relations normales avec Cuba
 Fidel Castro : Cuba n'a pas peur de négocier avec les Etats-Unis
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.