Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>International
Mise à jour 04.12.2008 11h15
Sida : le taux de prévalence est plus fait en Afrique de l'ouest

Le taux de prévalence du sida en Afrique est plus faible qu'en Afrique australe, selon un rapport de la Banque mondiale rendu public mercredi à Dakar, en marge de la 15e conférence contre le sida et les maladies sexuellement transmissibles (MST) qui se tient dans la capitale sénégalaise du 3 au 7 décembre.

Sur le plan épidémiologique, les auteurs du document distinguent trois zones sur le continent, en fonction du taux de prévalence et des facteurs sociologiques.

"Le taux de prévalence du VIH/sida est plus faible en Afrique de l'Ouest qu'en Afrique australe et qu'en Afrique du sud, où ce taux peut atteindre les 22%. Mais la réponse est la même", a indiqué la responsable de l'équipe de campagne antisida pour l'Afrique (ACT Africa), Elisabeth Lule.

Elle souligné la nécessité de veiller à ce que les réponses soient "différentes".

Elle a aussi fait état du fait qu'il y a des groupes vulnérables qui sont plus difficiles à toucher selon les pays: les travailleuses du sexe, les MSM (hommes ayant des relations sexuelles entre hommes, en anglais), les réfugiés, les prisonniers, etc.

"Les réponses doivent être institutionnalisées au niveau national", a-t-elle insisté.

D'après les auteurs du rapport de la Banque mondiale, la crise financière qui affecte les pays développés pourrait avoir une incidence sur le financement des programmes contre le VIH/sida.

"Les Etats-Unis sont entrés dans un contexte de récession économique qui contribue à une baisse de 20 à 30% de son PIB. Les financements du VIH/sida vont donc connaître des difficultés", a affirme un économiste de la Banque mondiale, René Bonnel.

L'économiste constate que "certains gouvernements ont un nombre très important de programmes à contrôler" et que "la solution pour eux c'est de mettre en place des systèmes qui leur permettraient d'utiliser de manière plus efficace l'aide existante".

Le rapport met aussi l'accent sur la transparence concernant l'utilisation des fonds. "Nous octroyons 10 milliards de dollars par an à la lutte contre le VIH/Sida. Nous devons veiller à ce que ces ressources servent", a rappelé Mme Lule.

Depuis 2000, la Banque mondiale a mobilisé près de 1,6 milliard de dollars pour appuyer la lutte contre le VIH/sida dans 30 pays d'Afrique.

Source: xinhua



Adresse email du destinataire


 Shanghai augmente le nombre de préservatifs distribués
 Beijing offrira des tests de salive gratuits pour le virus du SIDA/VIH
 Un travailleur migrant star dans un film de prévention contre le SIDA
 Les prostituées de Beijing refusent d'utiliser le préservatif malgré l'augmentation du risque de transmission du SIDA
 Près de 60 000 personnes ont suivi le traitement gratuit contre le virus VIH /SIDA
 Chine : la part des femmes parmi les sidatiques a quintuplé en dix ans
 L'UE offre un million d'euros à l'Angola pour le contrôle du sida
 Les scientifiques chinois travaillent sur un nouveau vaccin contre le VIH/SIDA
 Presque 40 000 patients chinois atteints du SIDA ont reçu une thérapie gratuite
 La Fondation Gates offrira 50 millions de dollars pour aider la Chine à contrôler le VIH-SIDA
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.