Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>International
Mise à jour 03.07.2008 08h19
Les dirigeants latino-américains rejettent la nouvelle politique d'immigration de l'UE

Les dirigeants latino-américains ont exprimé mardi leur "profond rejet" de la politique d'immigration adoptée récemment par l'Union européenne (UE).

Les présidents des pays membres permanents et associés du Marché de la communauté économique des pays de l'Amérique du Sud (Mercosur) ont rejeté toute tentative de criminaliser la migration irrégulière et l'adoption des politiques d'immigration restrictive, en particulier contre les personnes les plus vulnérables de la société, c'est à dire les femmes et enfants", a dit un communiqué publié au sommet du Mercosur.

Le 35e sommet du Mercosur de deux jours à San Miguel de Tucuman (Argentine) au pied des Andes, a rassemblé les président du Brésil, de l'Argentine, de Bolivie, du Chili, de l'Uruguay, du Paraguay et du Venezuela.

Ils ont appelé l'UE à respecter les droits de l'Homme, disant que la loi de "directive de retour" récemment approuvée par le Parlement européen a été promulguée par "des pays qui étaient traditionnellement générateurs de courants de migration".

L'Amérique latine a accueilli avec "générosité et solidarité" des millions de migrants européens les siècles précédents", donc la décision de l'UE provoque la colère, a dit le communiqué.

La nouvelle loi de l'UE veut renforcer ses mesures d'immigration permettant aux autorités de détenir les immigrants clandestins jusqu'à 18 mois avant expulsion.

Selon la Commission européenne, il y a 8 millions d'immigrants clandestins au sein de l'UE.

La loi, qui pourrait entrer en vigueur en 2010, a provoqué de fortes critiques en Amérique latine.

Le président bolivien Evo Morales a déclaré mardi qu'il ne "partage pas l'idée de nos hommes politiques d'exprimer nos "préoccupations profondes" pour éviter l'usage de mots durs " sur cette question.

Lorsque des migrants européens sont arrivés en Amérique, "ils ont pris possession de milliers d'hectares de terres, des mines, des ressources naturelles et ont exploité notre peuple", alors qu'au contraire, le peuple latino-américain en Europe " n'exploite personne, (et) il ne prend pas possession de milliers d'hectares de terres et de mines, il ne détruit pas les ressources naturelles", a souligné M. Morales.

La présidente chilienne Michelle Bachelet a déclaré que les dirigeants latino-américains "sont en train de s'exprimer d'une seule et même voix " contre la loi.

"Nous étions très généreux avec les Européens qui sont arrivés sur nos terres le siècle dernier, et la vérité est qu'il n'est pas juste pour notre peuple d'obtenir un traitement dénigrant", s'est plainte Mme Bachelet.

Leur position a été relayée par le président uruguayen Tanbare Vazquez, qui a dit que le peuple latino-américain "est particulièrement blessé par le fait qu'ils essaient de créer des discriminations contre nous et ne respectent pas les droits de l'Homme des Latino-Américains qui ont dû aller chercher d'autres terres comme les grands-parents des Européens ont fait à d'autres moments.

La présidente argentine Cristina Fernandez de Kirchner a considéré la nouvelle mesure comme inacceptable qui "nous ramène au temps de la xénophobie que nous pensions loin derrière nous.

Le président vénézuélien Hugo Chavez a comparé cette politique à la barrière qui est construites par les Etats-Unis le long de sa frontière du sud avec le Mexique, et la qualifie de décision "honteuse".

"Peut-être les Européens veulent suivre l'exemple des Etats-Unis et construire un mur dans l'Océan Atlantique", a ajouté M. Chavez.

Le président équatorien Rafael Correa a jugé la politique de l'UE de "directive scandaleuse" qui incarne le racisme et la discrimination.

Etabli en 1991, le Mercosur regroupe le Brésil, l'Argentine, l'Uruguay et le Paraguay, alors que le Venezuela a signé un accord d'adhésion en 2007 mais il n'a pas encore terminé le processus pour devenir membre permanent.

Ses membres associés sont la Bolivie, le Chili, la Colombie, le Pérou et l'Equateur.

Source: xinhua



Adresse email du destinataire


 Le PM espagnol défend la directive européenne sur l'immigration clandestine

 Le président péruvien souhaite que l'UE reconsidère la loi de rapatriement

 L'Italie veut partager avec la Libye les frais d'un système de radar sur l'immigration

 L'Espagne ne changera pas sa politique d'immigration

 Le gouvernement canadien survit à un vote de confiance sur un projet de loi controversé sur l'immigration

 Grande-Bretagne : entrée en vigueur d'un régime d'immigration à points

 La France et l'Espagne pour une politique européenne de l'immigration

 L'UE prête à travailler avec l'Italie et la Roumanie sur l'immigration

 Le Parlement français examinera en septembre un projet de loi sur la maîtrise de l'immigration

 Le gouvernement français prépare une nouvelle loi sur la maîtrise de l'immigration
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.