Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>International
Mise à jour 18.03.2008 10h28
La France rend hommage au dernier soldat de la Première Guerre mondiale

Un hommage national a été rendu lundi en France à Lazare Ponticelli, qui était le dernier soldat vivant de la Première Guerre mondiale en France, et qui est décédé à l'âge de 110 ans mercredi dernier.

Le matin, lors d'une cérémonie religieuse dans l'église Saint- Louis des Invalides, onze légionnaires ont porté le cercueil, et ensuite, le président Sarkozy et l'ancien président français Jacques Chirac ont passé en revue les troupes dans la cour d'honneur des Invalides pour les cérémonies militaires.

En fin de matinée, une minute de silence a été observée à la mémoire de tous les combattants de la Première Guerre mondiale, les drapeaux étaient en berne sur les bâtiments publics.

Dans l'après-midi, le président Sarkozy a inauguré, sous le Dôme qui abrite le tombeau de Napoléon et du maréchal Ferdinand Foch, une plaque commémorative dédiée à la mémoire des soldats qui restent dans l'Histoire comme les "poilus de la Grande Guerre".

M. Ponticelli, né Italien et installé en France dès l'âge de neuf ans, a combattu les Allemands lors de la Première Guerre mondiale, dans la Légion étrangère. Au cours de la seconde Guerre mondiale, il a participé à la résistance à Paris. Comme beaucoup de poilus, il n'a pas parlé de ce qu'il a vécu dans la Première Guerre mondiale. Ce n'est que ces dernières années qu'il a accepté de témoigner dans des écoles et auprès de journalistes. "Cette guerre, on ne savait pas pourquoi on la faisait. On se battait contre des gens comme nous", a-t-il indiqué à l'Express. De son vivant, il a fini par accepter des obsèques nationales à condition que qu'elles soient simples et que l'hommage soit rendu à tous les soldats de la guerre de 1914-18.

A la fin de la Première Guerre mondiale, neuf millions de personnes ont trouvé la mort. Les pertes en hommes ont laissé en France 600.000 veuves et 760.000 orphelins. Sur la plaque commémorative dévoilée lundi, est inscrit : "Alors que disparaît le dernier combattant français de la Première Guerre mondiale, la Nation témoigne sa reconnaissance envers ceux qui ont servi sous ses drapeaux en 1914-1918. La France conserve précieusement le souvenir de ceux qui restent dans l'Histoire comme les Poilus de la Grande guerre".

Source: xinhua



Adresse email du destinataire


 Kosovo/affrontements : plus de 100 soldats des forces internationales blessés

 Vingt-quatre chefs d'État, 26 Premiers ministres au Sommet de l'OTAN

 Kosovo : Ban Ki-moon déplore les violences perpétrées contre la MINUK et la KFOR

 Téhéran condamne les accusations portées par l'UE contre les élections législatives iraniennes

 L'Union européenne réitère le maintien de son intérêt à accompagnerle Togo dans la réconciliation nationale

 Télévision mobile : le DVB-H désormais sur la liste des normes de l'UE
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.