Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>International
Mise à jour 07.11.2007 15h44
Elargissement de l'UE : incertitude vis-à-vis de la signature d'un accord avec la Serbie

La Serbie se montre contente mardi de l'annonce de Bruxelles, selon laquelle un premier accord de son adhésion importante sera signé avec l'Union européenne (UE), mais la signature officielle de cet accord est encore incertaine tout en dépendant de l'arrestation par son pays de deux suspects de crime de guerre.

Le vice-Premier ministre serbe Bozidar Djelic, qui a été autorisé mercredi à Bruxelles signer initialement l'Accord de Stabilisation et d'Association UE-Serbie (SAA), a indiqué que l'accord constituait une première étape et la marche concrète amènera la Serbie au plus proche de l'UE et adhérera finalement à l'UE.

Pour la Serbie, la signature initiale du SAA est une reconnaissance, a commenté le vice-Premier ministre, ajoutant que son gouvernement poursuivra la voie de réforme.

"La Serbie attend justement que l'accord sera officiellement signé au plus tôt possible", a dit M. Djelic.

Ses remarques ont été faités après que le commissaire européen à l'Elargissement Olli Rehn eut annoncé qu'un rapport du procureur du Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie Carla del Ponte "justifie la volonté politique serbe" pour arrêter l'ex- chef militaire des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic.

"Nous pouvons signer le premier accord, mais une condition nécessaire pour cette signature dépend d'une coopération totale de l'ancienne Yougoslavie avec le TPI pour l'arrestation de Mladic et d'autres détenus", a affirmé le procureur Rehn.

Ratko Mladic, ex-chef militaire des Serbes de Bosnie durant la guerre en Bosnie 1992-1995 et son chef politique, Rodovan Karadzic, sont inculpés de génocide de 8.000 musulmans dans la ville de Srebrenica en 1995 et recherchés par le TPI, basé à la Haye.

Source: xinhua



Adresse email du destinataire


 Affaire Arche Zoé : un expert de l'ONU demande une enquête approfondie

 Italie : démantèlement d'un groupe terroriste à Milan

 La Russie appelle le Liban à réaliser un accord sur l'élection présidentielle

 Sarkozy entame sa première visite officielle aux Etats-Unis

 La Turquie doit relancer les réformes politiques, selon la Commission européenne

 Adhésion à l'UE : tableau annuel mitigé des progrès réalisés

 UE: vers un Accord de stabilisation et d'association (ASA) avec la Serbie
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.