Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 30.05.2011 13h57
Le « Mouvement des Talibans du Pakistan » se déchaîne après la mort de Ben Laden

Depuis près d'un mois après que Ben Laden ait été tué par les troupes américaines, le « Mouvement des Talibans du Pakistan » a lancé des attaques frénétiques contre des cibles militaires et politiques du Pakistan dont la base de la marine pakistanaise. Ce qui indique une nouvelle tendance des attaques terroristes dans un proche avenir.

Le Pakistan d'abord est la victime de ce séisme terroriste provoqué par la mort de Laden. Cela s'explique par deux raisons : le réseau d'Al-Qaida a pris racine au Pakistan et en Afghanistan. Al-Qaida est de connivence avec les forces terroristes et extrémistes du Pakistan et a établi dans ce pays « Al-Qaida et le mouvement de ses alliés » constitué de plusieurs groupes armés extrémistes dont « le Mouvement des Talibans du Pakistan », Lashkar-e-Toiba et Jundollah ; L'autre raison est le facteur géographique. Du fait que les forces terroristes n'arrivent pas à organiser en peu de temps des attaques de représailles contre l'Europe et les Etats-Unis, elles prennent alors le Pakistan pour cible. Depuis près d'un mois, le Pakistan a subi plus de 10 attaques terroristes dont un attentat suicide dans un camp d'entraînement de garde-frontières le 13 mai qui a fait plus de 80 morts et plus de 100 autres blessés et une attaque surprise contre la base de la marine pakistanaise à Karachi le 22 mai qui a tué plus de 10 soldats et détruit deux avions de reconnaissance anti-sous-marine.

Le « Mouvement des Talibans du Pakistan » (Tehrik-e-Taliban Pakistan : TTP) est à l'avant-garde de ces activités terroristes. Le TTP s'est constitué en 2007 avec des éléments armés de tribus et des groupes terroristes. Les attaques lancées par des avions américains sans pilote contre les régions tribales ont suscité des sentiments anti-américains, constituant un terreau favorable pour le TTP. Depuis longtemps, le Pakistan a perdu le contrôle de cette organisation terroriste. Ce n'est pas que l' armée pakistanaise ne voulait pas attaquer les régions tribales qu'elle avait encerclées, c'est le résultat des actions militaires unilatérales des Etats-Unis.

Les moyens terroristes utilisés par le TTP au cours de ses récentes attaques terroristes sont semblables à ceux d'Al Qaida. Et sa capacité a même dépassé celle d'Al-Qaida. Dans l'attaque contre la base de la marine à Karachi, les terroristes ont lancé d'abord des obus pour faire sortir les troupes pakistanaises. Ils ont ensuite enlevé des otages, tué des soldats et détruit des avions. Les méthodes sont les mêmes que celles employées par Lashkar-e-Toiba dans l'attaque contre Bombay en 2008. Il s'ensuit que les forces terroristes internationales au Pakistan ont agi de connivence depuis longtemps avec les éléments extrémistes locaux et utilisent en commun des camps d'entraînement. Le TTP a déjà montré ses forces réelles terroristes et, le nombre de ses membres et son soutien financier ont peut-être dépassé ceux d'Al-Qaida il y a longtemps.

Les représailles lancées par « Al-Qaida et le Mouvement de ses alliés » pourraient encore durer et non seulement le Pakistan, les pays européens et les Etats-Unis pourraient devenir les cibles de leurs attaques de représailles. Les organisations extrémistes qui sont importantes en terme de nombre de membres, d'armes et de fonds, seront toujours les premières à se lancer dans ces attaques. La communauté internationale doit être consciente des règles de cette vague terroriste et aider le Pakistan autant que possible à faire face à ses difficultés pour endiguer en commun les forces terroristes internationales.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
He Guoqiang appelle à des efforts pour développer de nouvelles industries de haute technologie
S'inspirer de l'expérience tirée de l'Expo universelle et des jeux asiatiques dans la lutte contre la corruption
Réflexions suscitées par l'actuel « engouement pour l'émigration »
La dispute pour le poste de directeur général du FMI et la réforme de l'ordre financier international
Alcool au volant : tout reste à faire (ou presque...)