Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 22.03.2011 08h39
Les attaques sur la Libye pourraient conduire à l'anarchie

Les attaques aériennes lancées par les forces occidentales sur la Libye pousseront le pays d'Afrique du Nord à l'anarchie, préviennent des analystes.

Zhang Xiaodong, directeur adjoint d'une association chinoise pour les études sur le Moyen-Orient, indique que l'action militaire lancée par les forces américaines et européennes ne fera qu'ajouter au chaos qui règne en Libye. Ces attaques auront l'effet inverse d'un cessez-le-feu rapide recherché par les États-Unis et leurs alliés.

Gao Shaopeng, professeur de politique internationale à l'Université chinoise des affaires étrangères à Beijing, explique que la Libye pourrait tomber dans l'anarchie, du fait que le pays est une société composée de tribus vaguement connectées entre elles.

Parallèlement, l'agence de presse russe RIA Novosti citait dimanche un diplomate anonyme au Moyen-Orient disant que l'action militaire pourrait à l'inverse renforcer le contrôle du dictateur libyen Muammar Gadhafi.

« La situation en Libye est très complexe ; les factions en lutte sont peu éloignées l'une de l'autre, et les bombardements pourraient déclencher une réaction inverse, poussant la soi-disant opposition et les rebelles à rejoindre les rangs de Gadhafi », estime le diplomate.

Le diplomate précise que les frappes aériennes détruisaient des installations civiles et vitales à l'économie, et que les objectifs de création d'une zone d'exclusion aérienne dans le ciel libyen allaient à l'inverse des actions de la coalition menée par les États-Unis.

Le commentateur militaire Liang Yongchun a déclaré que la durée des attaques aériennes dépendra de celle des conflits au sol.

Si la bataille entre les forces pro-Gadhafi et l'opposition s'achève sur une victoire du gouvernement libyen, les pays occidentaux devront se tourner vers des sanctions sévères comme principal moyen punitif, précise Liang.

Les experts sont cependant divisés sur la possibilité d'une invasion au sol par les forces de la coalition.

Les États-Unis ont réaffirmé leur engagement limité en Libye, assurant que le pays n'enverrait pas de troupes au sol.

Une invasion est peu probable, car les pays occidentaux ne veulent pas s'enliser dans une situation similaire à celle de l'Irak, prédit Li Qinggong, secrétaire général adjoint du Conseil chinois pour les études politiques de sécurité nationale.

S'exprimant le 26 février à l'Académie militaire de West Point, le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a clairement indiqué qu'il était opposé toute invasion sur le terrain.

Paraphrasant le général MacArthur, Robert Gates a ajouté que « tout futur secrétaire à la Défense qui conseillerait au président d'envoyer à nouveau une vaste force terrestre américaine en Asie, au Moyen-Orient ou en Afrique ferait mieux de se faire soigner le cerveau. »

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : le ministère du Commerce assure un approvisionnement suffisant en sel
La Chine alloue 35 milliards de yuans pour la construction de H.L.M.
Pourquoi la France s'est-elle portée à l'avant-garde contre Kadhafi ?
L'accident nucléaire est sans frontière
Que penser de l'accident nucléaire au Japon ?
Quels avantages le 12e plan quinquennal pourra-t-il apporter aux habitants ?
Pourquoi la situation agitée au Moyen-Orient a-t-elle connu un développement si rapide?