Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 17.12.2010 13h25
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse

Du fait que la Chine a investi plusieurs milliards de dollars dans des pays africains, la Chine est devenue une « épine dans le pied » pour l'Allemagne, parce que récemment ce pays a mis aussi l'accent sur ses investissements en Afrique. La radio allemande « Deutsche Welle » a cité un PDG de la plus grande entreprise sidérurgique d'Allemagne : « Nous ne pouvons pas céder l'Afrique aux Chinois ».

Cela montre que les Allemands sont mécontents de ce que la Chine investisse en Afrique et entre en concurrence avec l'Allemagne. En effet, l'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et le Portugal, vieux pays européens, ne peuvent pas éviter la réalité des investissements chinois en Afrique et ne veulent pas voir « élargir l'influence de la Chine en Afrique.

Ces vieux pays d'Europe estiment que la Chine est entrée sans recourir aux armes dans les anciennes colonies africaines qu'ils avaient conquises avec des canons et des bâtiments de guerre et avec effusion de sang. Les médias de ces pays ont décrit la Chine comme un « monstre qui cherche des ressources partout » et étiqueté la Chine comme « néo-colonialiste ».

En réalité, les esclaves et l'or d'Afrique ont aidé les anciennes puissances européennes à réaliser les accumulations primitives du capitalisme ; les matières premières et le marché d'Afrique ont été leurs importantes forces d'impulsion dans leur révolution industrielle. Aujourd'hui, les meilleurs champs de pétrole d'Afrique sont exploités par les géants occidentaux, les télécommunications et d'autres installations d'infrastructure sont entre les mains de grandes sociétés européennes.

Aujourd'hui face à l'entrée des Chinois, ils sont très mal à l'aise. Ils ont adopté deux tactiques visant à contrecarrer la Chine : essayer de discréditer la Chine, en utilisant le problème des droits de l'homme et faire des pays d'Afrique leurs partenaires commerciaux.

Quant aux Africains, ils ne veulent pas que les vieux pays européens se mêlent trop de leurs affaires telles que l'administration, les droits de l'homme ou la corruption. Ils cherchent de meilleurs moyens de développement, quand ils font du commerce avec la Chine.

Par exemple, en juillet 2010, le gouvernement chinois a signé un accord de coopération avec le gouvernement du Nigeria : la Chine investira 8 milliards de dollars pour construire une raffinerie de pétrole au Nigeria. Le pétrole brut du Nigeria est entièrement exporté et 85% du pétrole fini consommé par ce pays sont importés. Cela suscite facilement des contradictions. Mais la coopération entre la Chine et le Nigeria progresse sans à-coups et la Chine ne s'ingère pas dans les affaires intérieures de ce pays.

Un chercheur français a défini l'Afrique comme une « destination pour les travailleurs de Chine, d'Inde et du Brésil », estimant que ces « nouveaux pays émergents sont en train de remplacer les puissances coloniales du passé ». Selon lui, les nouveaux pays émergents comme la Chine et l'inde ont des avantages, quand ils entrent en Afrique : ils n'ont pas un passé historique de colonialistes, ils font fi de tel ou tel problèmes des pays où ils entrent, comme les droits de l'homme ou l'autocratie, tandis que la France, la Grande-Bretagne, la Belgique et le Portugal ne cessent de subir des échecs sur leurs anciens pâturages.

Ce point de vue reflète les idées des Européens âgés : les vieux pays européens se considèrent encore comme le centre du monde et affichent un air hautain, en critiquant des problèmes d'autres pays. Mais ils ont découvert non sans mal qu'ils ne peuvent pas aider à résoudre les problèmes les plus urgents du monde et qu'ils causent souvent des ennuis au monde.

En fait, l'entrée de la Chine et d'autres pays émergents en Afrique énervent les vieux pays européens. Cependant, la Chine entre en Afrique avec des investissements, mais sans chars ni propagande socialiste. Investir en Afrique est une tendance inévitable pour la Chine, parce que les capitaux chinois doivent chercher des débouchés et la délocalisation de certaines entreprises manufacturières, en contournant les barrières commerciales des pays occidentaux, serait peut-être une raison plus importante.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Les pays occidentaux ne supportent pas qu'un autre pays investisse dans ce qu'ils considè...
La Chine a soutenu nombre de pays africains dans leur lutte pour l'indépendance. Elle a ég...
En envahissant les pays africains depuis des siècles et en exploitant les peuples africain...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine reçoit une invitation de l'Iran à visiter ses usines nucléaires
Le froid intense se poursuit au sud de Chine
Une Chine qui monte en puissance suscitera plus de critiques
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse