100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 29.11.2010 17h29
« Atterrissage en douceur » pour l'économie chinoise ?

Deux années de politique monétaire souple ont permis à l'économie chinoise d'émerger de la crise financière mondiale. A présent qu'elle fait face à des influx de capitaux spéculatifs, une croissance rapide des prêts, et une inflation qui mente, la Chine pourrait songer sérieusement à une réglementation plus stricte propre à lui assurer un atterrissage en douceur.

Récemment, les analystes ont dit que la Chine pourrait connaître d'autres hausses des taux d'intérêt lors du dernier mois de l'année 2010, dans l'espoir d'absorber les excédents de liquidités et prévenir une éventuelle surchauffe de l'économie.

Plus encore, le gouverneur Adjoint de la Banque Populaire de Chine Hu Xiaolan a déclaré le 24 octobre dernier que l'utilisation de multiples outils de politique monétaire destinés à améliorer la gestion des liquidités et guider l'argent et le crédit vers une situation normale serait la tâche principale de la Banque Centrale pour le reste de cette année.

D'après des données publiées par la Banque Centrale vendredi, en octobre, les fonds exceptionnels pour devises étrangères (funds outstanding for foreign exchange - FOFE) ont atteint le niveau de 524,1 milliards de Yuans (78,37 milliards de Dollars US), le deuxième chiffre mensuel le plus haut jamais enregistré.

Cela veut dire que la Banque Populaire de Chine a émis pour 519 milliards de Yuans en octobre pour acheter le même montant d'influx nouveaux de devises étrangères, qui ordinairement entrent dans le pays sous forme d'excédents commerciaux, d'investissements directs étrangers et de fonds spéculatifs internationaux à court terme

Il a remarqué que, la crise européenne ayant pris fin, les fonds spéculatifs sont repartis vers les marchés émergents, en particulier après que la Réserve Fédérale américaine ait annoncé une seconde série de mesures d'assouplissement quantitatif

« L'influx massif de devises étrangères faisant gonfler la base monétaire domestique, il est aussi devenu une impulsion majeure pour cette forte disponibilité d'argent, ce qui peut contribuer à exacerber l'inflation », a dit Liu Yuhui, qui est également chercheur à l'Académie Chinoise des Sciences Sociales.

Les forts influx de devises étrangères vont souvent de pair avec une inflation en hausse. Le FOFE de la Chine a atteint le chiffre record de 525,1 milliards de Yuans en avril 2008. le même mois, l'Index des Prix à la Consommation de la Chine, importante jauge de l'inflation, avait atteint 8,5%, chiffre jamais vu auparavant.

Au mois d'octobre de cette année, l'IPC a augmenté de 4,4%, son plus haut niveau en 25 mois.

Stimulée par d'énormes excédents commerciaux, la situation monétaire intérieure a commencé à s'assouplir à la fin de 2008, la très forte disponibilité en argent de la Chine ayant alors dépassé 70 000 milliards de Yuans, dépassant les Etats-Unis et devenant ainsi la plus grande du monde.

Li Daokui, member du Comité de Politique Monétaire de la Banque Populaire de Chine, a dit que ces solides disponibilités en argent constituaient un énorme risque pour le système bancaire de la Nation, et de façon plus immédiate, pourraient exacerber l'inflation actuelle.

« La hausse des taux d'intéret du mois dernier a constitué le signal pour de nouvelles augmentations dans l'avenir », a-t-il dit.

La Banque Populaire de Chine a également relevé les taux de référence pour les prêts et les dépôts de 25 points de base à compter du 20 octobre. Elle a aussi relevé le taux de réserve obligatoire par cinq fois cette année, ce qui a contraint les quatre plus grandes banques du pays à mettre de côté 18,5% de leurs dépôts.

« La hausse du taux de réserve obligatoire ne saurait régler pour autant le problème actuel des taux d'intérêt négatifs. Aussi est-il fort probable qu'il y aura encore une autre hausse des taux d'intérêt en décembre », a dit Liu Ligang, directeur du Secteur de la Recherche du Australia & New Zealand Banking Group.

« Des hausses des taux d'intérêt et du taux de réserve obligatoire pourraient arriver plus fréquemment », a également dit la société Guotai & Junan Securities de Shanghai dans une lettre envoyée à ses clients.

Le 24 octobre dernier, le gouverneur Adjoint de la Banque Populaire de Chine, Hu Xiaolian, a déclaré que de « multiples outils de politique monétaire », dont « des outils quantitatifs et relatifs aux prix » seraient mis en place.

D'après les analystes, la mention des « outils relatifs aux prix » faite par M. Hu est la première référence récente de ce genre. Cela accroît la possibilité d'une seconde hausse des taux d'intérêt cette année.

De même, la prévision de nouvelles hausse des taux d'intérêt qui s'est répandue dans la population peut-elle trouver son reflet dans le nombre incontrôlé de prêts accordés en octobre.

En effet, en octobre, les nouveaux prêts ont atteint le chiffre inattendu de 587,7 milliards de Yuans. Cela a fait monter le total des nouveaux prêts pour les dix premiers mois de l'année à 6 900 milliards de Yuans, soit un peu moins que l'objectif fixé pour l'année entière à 7 500 milliards de Yuans.

De nombreuses institutions financières ont estimé que les nouveaux prêts accordés en novembre devraient très probablement dépasser les 500 milliards de Yuans.

Pour Lu Zhenwei, Economiste à l'Industrial Bank Co., Ltd, ce flot de prêts en fin d'année reflète les craintes de la population, qui redoute que les prêts ne soient plus difficiles et plus chers dans l'avenir.

« Dans des circonstances pareilles, les entreprises veulent emprunter autant que possible, peu importe qu'elles en aient réellement besoin ou non. Et de leur côté les banques sont ravies de prêter avant que la Banque Centrale n'annonce des quotas de crédit plus stricts pour l'année prochaine », a-t-il dit.

En octobre, les prêts accordés aux personnes individuelles ont atteint 212,3 milliards de Yuans, preuve d'un chiffre d'affaires stable pour les marchés de l'immobilier et de l'automobile, d'après un rapport de Guotai & Junan Securities.

De plus, les prêts àlong terme et à court terme pour les enterprises se sont montés à 422,2 milliards de Yuans et 147,1 milliards de Yuans respectivement. Cela témoigne que la demande pour des investissements reste forte, d'après le rapport.

Lu Zhengwei dit que les remarques de Hu Xiaolian montrent la résolution de la Banque à limiter le crédit. Même si l'objectif est dépassé, la marge sera faible, a-t-il dit.

De même, Yang Sen, analyste chez Xiangcai Securities, a dit que les objectifs de prêt pour 2011 devraient se situer entre 6 500 et 7 000 milliards de Yuans. Bien que ce soit nettement moins que les 9 600 milliards de 2009 et le niveau de 2010, cela sera suffisant pour soutenir une croissance économique continue.

D'après Li Daokui, la croissance de la Chine étant stabilisée, c'est le bon moment pour passer d'une politique monétaire relativement souple à une politique plus prudente.

Le Centre d'Information de l'Etat, un groupe de réflexion gouvernemental, a estimé de son côté que la croissance économique ralentirait à 8,7% lors du quatrième trimestre, en grande partie du fait de la restructuration économique.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine propose des concertations d'urgence entre les chefs des délégations des pourparlers à six
Le PM chinois fait des propositions pour renforcer la coopération pratique de l'OCS
Pour quelle raison le repas à la française a été inscrit sur la liste du patrimoine intangible ?
S'internationaliser peut parfois être une affaire délicate
Le sentiment de bonheur personnel est aussi de la responsabilité du gouvernement
La tension monte après les échanges d'artillerie entre les deux Corées
Quelle contribution les Chinois devront apporter au monde au 21ème siècle ?