100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 08.11.2010 15h17
La Chine doit garder la tête froide au sujet de sa 3ème place au FMI

Pendant la visite du Président Hu Jintao en France du 4 au 7 novembre, Dominique Strauss-Kahn, directeur général du Fonds Monétaire international (FMI), a annoncé que la Chine a progressé jusqu'au 3ème rang, en matière de droit de vote dans le FMI, seulement après les Etats-Unis et le Japon. C'est évidemment une récompense pour la Chine pour sa bonne volonté et son attitude active dans les affaires internationales.

En moins de 48 heures de visite en France, Hu Jintao a eu au moins 5 rencontres avec Nicolas Sarkozy. Les deux parties ont discuté des relations bilatérales, de la coopération économique et commerciale, de la situation internationale, notamment des problèmes importants comme la mise en place du nouvel ordre monétaire international dans le cadre du G20.

Le 4 novembre, les deux pays ont publié une déclaration commune sur le renforcement des relations de partenariat stratégique dans tous les domaines.

Au cours de la visite de Hu Jintao en France, les deux pays ont encore signé toute une série d'accords de coopération touchant l'énergie nucléaire, l'aviation, la protection environnementale et d'autres domaines. Selon les estimations des médias français, ces accords sur les échanges économiques et commerciaux représentent une valeur totale de 20 milliards d'euro (environ 28,1 milliards de dollars).

Le journal chinois « Guoji Jinrong » (les Finances internationales) a rapporté qu'au cours de cette visite, la Société chinoise des matériaux d'aviation et la Société Airbus avaient signé des accords sur la commande de 102 Airbus dont 66 nouvelles commandes : 50 Airbus A 320, 6 Airbus A330 et 10 A350XWB.

A l'heure actuelle, plus de 100 entreprises chinoises ont lancé des projets d'investissement en France, créant au total 8 000 emplois. Le groupe chinois Haier a transféré son siège européen, depuis Varese en Italie à Neuilly, près de Paris ; La Société Lansing qui fabrique du silicium organique a investi 7 millions d'euro en septembre dernier pour reconstruire son usine au sud de Lyon pour augmenter sa capacité de production.

La multiplication des échanges entre la Chine et l'Europe a suscité la « jalousie de plusieurs économistes américains, qui craignent que la Chine refroidisse les relations commerciales avec les Etats-Unis. « La Chine ne veut pas ne pas développer sa coopération avec les Etats-Unis. Seulement il y a des « bruits désagréables » qui ont fait obstacle aux relations bilatérales, a dit Sun Lijian, directeur adjoint de l'Institut de l'économie de l'Université Fudan, basée à Shanghai.

Selon le professeur Sun, les Etats-Unis ne sont pas raisonnables, quand ils ont l'idée de parvenir à l'équilibre de la balance des paiements, en faisant pression sur le taux de change du Renminbi.

Le Professeur estime que le recours au groupe d'achat ou au transfert de nouvelles hautes technologies pour augmenter le nombre des emplois serait plus efficace que la « guerre du taux de change ».

Juste pendant la visite de Hu Jintao en France, le Conseil d'administration du FMI a adopté un projet de réforme des quotes-parts. Selon ce projet de réforme, la part détenue par la Chine dans le FMI passera de 3,72% à 6,39% et son droit de vote passera de 3,65% de l'heure actuelle à 6,07%, dépassant l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne, mais après les Etats-Unis et le Japon.

C'est le plus important projet de réforme de réorganisation adopté par le FMI, 65 ans après sa fondation, également le plus grand projet de transfert de parts vers les nouveaux marchés et les pays en développement. Les pays européens cèderont deux places dans le Conseil d'administration du FMI pour élever la représentativité des nouveaux marchés et des pays en développement dans le Conseil d'administration.

« Ce n'est pas la récompense pour les longues listes d'achat chinoises. C'est le résultat inévitable du développement rapide des nouvelles économies comme la Chine ». « Le plus important, c'est qu'après la crise financière, les Etats-Unis et les autres pays développés n'ont pas suffisamment de ressources financières pour ajuster les rapports internationaux. Admettre les nouvelles économies pour qu'elles fournissent suffisamment de fonds, quand elles verront leurs parts augmentées. Voilà la vraie intention des Etats-Unis », a dit le professeur Sun.

« Nous devons garder la tête froide au sujet de cette 3ème place. A l'heure actuelle, les Etats-Unis n'ont pas abandonné leur droit de veto dans le FMI. L'élévation de la position chinoise ne signifie pas que la Chine a vraiment obtenu le « droit à la parole ».

Page spéciale : La tournée du président chinois en France et au Portugal

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Les occidentaux ont fini de vivre riches et si les chiffres du chômages n'étaient pas truq...
Bonjour.Il faut se méfier des décisions du FMI et des autres organisations internationales...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Shanghai pleure les victimes de l'incendie meurtrier d'une tour résidentielle
La Chine salue la démarche positive du Soudan en faveur d'un référendum dans le sud
Quelle contribution les Chinois devront apporter au monde au 21ème siècle ?
Deux Europes dans la crise de la protection sociale
Sarkozy forme un nouveau gouvernement en préparation de la présidentielle (ANLAYSE)
Ce que cherche à obtenir Nicolas Sarkozy en France et dans le monde
Le sourire de Barack Obama à l'Inde est-il juste de pure forme ?