100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 13.09.2010 16h59
La vérité et le malentendu sur la Chine en Afrique

Si les entreprises chinoises désirent rester longtemps en Afrique, elles doivent se préoccuper des intérêts de la population locale et s'intégrer complètement à la société locale pour que tout le monde soit gagnant. On ne doit pas partir, une fois qu'on a gagné l'argent. Cette manière de faire est très mauvaise.

Li Anshan, expert en études africaines et professeur de l'Institut des Relations internationales de l'Université de Beijing, a fait ces remarques lors de son entretien accordé aux journalistes du "Nanfang Dushibao" et de l'International Herald Leader.

Quand un journaliste a dit que la communauté internationale conteste depuis toujours le modèle chinois de coopération combinant aide et investissement en Afrique, estimant qu'une aide accompagnée d'actes commerciaux est une sorte de néo-colonialisme.

M.Li a répondu, disant qu'en février 2006, le ministre britannique des Affaires étrangères d'alors a dit au Nigeria: ce que la Chine fait actuellement en Afrique est la même chose que nous avions faite il y a 150 ans. M. Li a indiqué ceci : Ces propos ont suscité des débats sur le "néo-colonialisme" chinois. C'est une comparaison absurde. Le colonialisme impose et contraint. Mais la Chine est allée en Afrique selon le principe de l'égalité et des avantages réciproques. En décembre 2007, j'ai rencontré le consul général du Nigeria à Hong Kong. Il m'a dit: Nous voulons faire du commerce avec la Chine. Pourquoi? Parce que nous pouvons nous asseoir sur un pied d'égalité, nous pouvons discuter et mener des négociations. Mais tout cela était impossible avec l'Occident. Et encore un exemple au Soudan, après le retrait des autres pays à la suite des troubles violents, le Soudan a demandé à la Chine et aux entreprises chinoises de l'aider.

En avril dernier, nous avons effectué une mission d'étude au Mali et visité une sucrerie à Ségou, 2ème ville du Mali. C'était un projet construit avec l'aide chinoise. Après l'achèvement de sa construction, la sucrerie a été remise au Mali. Mais elle a toujours subi des pertes. Maintenant, elle est devenue une entreprise à capitaux mixtes. Le directeur général est chinois, une Chinoise, et le directeur général adjoint est un Malien. Parmi les cadres supérieurs de l'entreprise, il y a aussi beaucoup de Maliens. Après que la sucrerie ait redressé la situation déficitaire et réalisé des bénéfices, les conditions ont été considérablement améliorées dans les différents domaines de la localité et on y trouve maintenant des quartiers d'habitation et une école.

La Chine a commencé à combiner l'aide et l'investissement dans les années 1990. En 2009, Dambisa Moyo, femme chercheur zambienne, a écrit un livre "Dead Aid" qui a fait sensation en Occident. Elle a dit dans son livre que pendant plus de 50 ans, l'Occident a octroyé à l'Afrique une aide de plus de 1 000 milliards de dollars. Or, cette "aide" n'avait pas produit de bon résultat, mais beaucoup de choses négatives. Je pense que ce modèle occidental ne pourra plus continuer et que la Chine devra faire le bilan de ses propres expériences.

En réponse à une autre question de journalistes, Li Anshan a dit que la Chine devra continuer à maintenir le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures.

Ces dernières années, la Chine a formé pour l'Afrique bon nombre de médecins, d'ingénieurs et de diplomates. Et beaucoup de pays africains désirent coopérer avec la Chine. Ils veulent volontairement coopérer avec la Chine. L'assertion sur le néo-colonialisme chinois ne tient pas la route. Certes, dans son aide future en Afrique, la Chine devra tenir davantage compte des intérêts et droits de l'autre partie pour que les deux parties soient réellement gagnant-gagnant.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine conteste la gestion japonaise de l'incident du bateau de pêche chinois
Le président chinois met l'accent sur l'importance de l'éducation
L'alliance entre la politique et le commerce - tumeur maligne de la justice sociale
Les syndicats français défendent la retraite à 60 ans
Ce n'est qu'en disant la vérité que la voix de la Chine fera plus autorité
Présenter une Chine variée à l'Europe
La croissance chinoise se fait aussi avec les pays d'Afrique