100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 10.09.2010 13h34
Les syndicats français défendent la retraite à 60 ans


Le 7 septembre, les syndicats français ont organisé des manifestations de plus de 1 million de personnes dans les différentes parties de la France pour protester contre un projet de réforme gouvernementale du système de retraite à 60 ans, système appliqué depuis de nombreuses années.

Le projet de réforme a été remis à l'Assemblée nationale le 7 septembre dans l'après-midi pour discussions et le vote aura lieu le 15 septembre. Avant le 7, Eric Woerth, ministre du Travail, a dit que ce projet est une "reforme audacieuse et rationnelle". François Fillon, Premier ministre, s'est déclaré prêt à écouter les propositions des manifestants. Mais pour protéger les intérêts à long terme des retraités, la réforme est inévitable. Mais Laurent Fabius du Parti socialiste, ancien Premier ministre, s'y est opposé, disant que le projet de réforme est "injuste", parce que plus de 60% du fardeau seront imposés aux salariés. . Martine Aubry, secrétaire général du Parti socialiste, qui a participé à la manifestation, a déclaré que « la manifestation continuera pour protester contre cette mesure extrêmement injuste ».


On dit que les manifestations lancées après les longues vacances d'été sont les "actions habituelles des Français". Du fait de la grève des employés et ouvriers de compagnies aériennes, Air France va supprimer 25% de ses vols. Les vols moyen et court courriers diminueront respectivement de 10% et de 50%. Le transport est suspendu pour une partie des trains à grande vitesse et presque pour tous les services de nuit de TGV. A Paris, la grève a aussi commencé sur certaines lignes du Métro. Des enseignants du primaire et des magistrats ont eux aussi rejoint les rangs des manifestants. Les responsables des Syndicats ont dit que de plus grandes actions seront adoptées, si les voix des manifestants ne trouvent pas d'écho. Selon un sondage, 73% des Français se sont prononcés en faveur des syndicats, et contre le gouvernement. Mais 53% des personnes interrogées ont laissé entendre qu'ils pourraient accepter le projet de réforme gouvernementale.

Déjà aux mois de juin et de juillet, ont commencé de vifs débats concernant ce projet de réforme, notamment sur les clauses suivantes: d'ici 2018, l'âge de départ pour la retraite est de 62 ans, au lieu de 60 ans; des mesures de restriction seront adoptées pour le retrait anticipé et les pansions totales dans les secteurs des chemins de fer, de l'électricité, du gaz et le domaine maritime; un nouvel impôt sera établi pour les retraités à revenu élevé. L'objectif de cette réforme est de maintenir le déficit budgétaire de l'Etat à 3% d'ici 3 ans et à 0 en 2018.


En 1983, François Mitterrand, ancien Président français, a établi le système de retraite à 60 ans. Et après, Lionel Jospin, ancien Premier ministre, a établi le système de travail de 35 heures par semaine. Mais Nicolas Sarkozy insiste sur la réforme, estimant que "la France est déjà un pays épuisé". Cela pour tenir sa promesse faite lors des élections présidentielles en 2007 et voir remonter sa cote de popularité à travers la réforme.

Le succès ou l'échec de la réforme du système de retraite sera une dure épreuve pour le Président Sarkozy et le ministre du Travail Eric Woerth, comme l'indique "Le Point".

Dans cette épreuve de force, le Parti socialiste se tient du même coté que les syndicats, lançant des coups violents contre M. Sarkozy et son parti. Quant à l'Union pour un Mouvement populaire (UMP), elle réunit les forces de la droite pour la contre-attaque. La lutte entre les deux parties a déjà commencé au sein et en dehors de l'Assemblée nationale, en apparence sur le sujet de la réforme du système de retraite, mais en fait pour les élections présidentielles de 2012.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le président chinois met l'accent sur l'importance de l'éducation
Xi Jinping : la Chine s'engage à créer un environnement d'investissement plus ouvert pour les entreprises étrangères
Présenter une Chine variée à l'Europe
La croissance chinoise se fait aussi avec les pays d'Afrique
Un été, témoin d'incessantes expulsions de Roms, qui « fait rougir la France »
Les liens sino-européens nagent encore dans l'incompréhension mutuelle
Le rapatriement de Roms ternit l'image de France