100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 23.07.2010 16h28
Comment durcir la puissance douce de la Chine ?

Dans les années quatre vingt du vingtième siècle, le sociologue et futurologue américain Alvin Toffler a prédit : « Nous sommes dans une époque où l'importance de la culture s'affirme de façon indéniable. », et la raison pour laquelle la culture devient tellement importante, ce n'est pas seulement qu'elle est une partie composante de la puissance globale d'un pays, c'est surtout qu'elle est un facteur clé qui imprègne, traverse et relie l'ensemble des éléments composants de cette puissance. Sans l'appui et le soutien de la culture, il sera difficile à la puissance coercitive, dont l'économie et la force militaire, de jouer pleinement son rôle. Avant la première guerre de l'Opium qui a été déclenchée en 1840, le PIB (Produit intérieur brut) de la Chine représentait alors plus que le tiers de celui du monde entier et elle était à la tête du monde quant au nombre des effectifs de son armée régulière. Mais, à cette époque-là, les Chinois étaient sous les entraves d'une culture qui préconisait la fermeture et le conservatisme, ce qui faisait qu'ils étaient bornés d'esprit et complètement ignorant de ce qui se passait à l'extérieur, alors que leur stupidité et leur présomption ont eu pour résultat la défaite écrasante et humiliante de leur armée qui a été battue à plate couture par l'armé franco-anglaise. Au contraire en Europe, les pays de l'Europe occidentale, ayant à leur tête l'Angleterre, ont connu successivement l'époque de la Renaissance et le Siècle des Lumières, ce qui leur a permis de réaliser d'immenses progrès dans le domaine culturel et de pousser à la venue de la Révolution industrielle. L'échec complet et cuisant de la dynastie des Qing (1644 – 1911) démontre de façon incontestable que la culture féodale chinoise, autrefois en avance sur les autres pays, a été devancée et est en retard dans le monde. Par conséquent, du point de vue historique, la soi-disant concurrence de la puissance globale est de par sa nature une concurrence culturelle.

Et c'est justement le rôle clé joué par la culture qu'une fois que le concept du « soft power » (ou « puissance douce ») fut avancé et développé par le professeur américain Joseph Nye, il a suscité tout de suite un grand et fort intérêt de la part de la communauté internationale. Comparaison faite avec le caractère dissuasif, menaçant et contraignant du « hard power » (ou « puissance coercitive », la puissance douce a pour principale particularité spécifique la non contrainte, c'est-à-dire employer des moyens, tels que l'attraction, l'inspiration et l'assimilation, pour que la partie adverse éprouve et ressente de l'inclination, de la sympathie, de l'intimité et un certain sens d'appartenance et pouvoir, de cette façon-là, préserver ses intérêts et réaliser ses objectifs. Cette particularité de la puissance douce nécessite que la Chine, pour pouvoir renforcer sa puissance douce culturelle, doit tenir compte pleinement de la force d'attraction et de la force d'inspiration de la culture chinoise.

La force d'attraction et la force d'inspiration de la culture sont comprises dans le sens de valeur que celle-ci transmet. Le but de la transmission culturelle c'est pour que les autres puissent l'accepter, alors que la condition préalable de cette acceptation c'est la reconnaissance qui n'est pas seulement une attraction ou bien une préférence superficielle, mais plutôt l'acceptation du sens de valeur qui y est contenu. C'est pourquoi, le problème clé de la puissance douce culturelle réside dans la force d'attraction et la force d'inspiration que le sens de valeur peut-être doté oui ou non. Celui dont le sens de valeur serait capable de susciter la sympathie et la reconnaissance d'autrui, il pourra alors occuper une position avantageuse dans la concurrence de la puissance souple culturelle.

Pour ce qui est de la Chine qui est un pays fortement peuple et doté de nombreuses ethnies et dont l'économie et la société se trouvent actuellement dans la période de transition, il est nécessaire de parvenir à un consensus d'idées, à une unité de volonté et à une cohésion nationale et de stimuler et d'encourager l'esprit combatif de la population, ce qui permettra à cette dernière de posséder un noble idéal, de raffermir sa conviction ainsi que d'établir un solide appui spirituel et des principes moraux fondamentaux. L'établissement du système des valeurs essentielles du socialisme est justement une réponse donnée à cette tâche historique. C'est seulement après avoir renforcé la force d'attraction et la force d'inspiration dudit système et faire en sorte que les tous derniers succès obtenus dans la sinisation du marxisme puissent être connus, assimilés et maîtrisés par tout le peuple et que le socialisme à la chinoise devienne l'idéal de combat commun de toute la société que la puissance souple culturelle chinoise pourrait être développée et consolidée fondamentalement. La puissance souple culturelle est au fond une capacité de gagner le cœur des gens et d'être doué d'une force cohésive capable d'unir tous ceux qui sont susceptibles d'être unis.

Les produits culturels constituent le support de la culture, tandis que l'attraction et l'inspiration de cette dernière ne peuvent être vraiment traduites qu'à travers des produits culturels concrets. Aussi, pour pouvoir renforcer réellement la puissance douce culturelle chinoise, le plus urgent pour nous c'est de déployer tous nos efforts pour développer notre industrie culturelle, pour améliorer la qualité des produits culturels chinois et pour étendre et élargir leur couverture de transmission. Dans ce domaine-là, l'écart qui existe entre la Chine et les pays développés occidentaux est beaucoup plus grand et plus énorme par rapport au domaine économique, car la grande capacité de production de sujets et les réseaux de transmission omniprésents font que l'« hégémonie médiatique » des Etats-Unis est tellement puissante que ces derniers n'ont aucun rival de par le monde et que cette « hégémonie » joue un rôle unique et incomparable dans l'amélioration de l'image internationale des Etats-Unis ainsi que dans la transmission des valeurs américaines, des idées politiques américaines et du mode de vie à l'américaine. En plus, elle joue un rôle incontestable dans la vente promotionnelle des produits américains. En face de cette « hégémonie américaine », ce sont les pays en voie de développement qui n'y peuvent rien en raison de la faiblesse de leur industrie culturelle. Il est pratiquement impossible pour elles de se faire entendre dans le monde et elles sont devenues comme des « handicaps atteints de la mutité » qui sont incapables de préserver leurs droits et leurs intérêts les plus fondamentaux.

Le développement de l'industrie culturelle doit être concrétisé, alors que les slogans vides de sens et la propagande piètre et médiocre ne produisent aucune force d'attraction. On dit souvent que la Chine est un pays qui dispose d'immenses ressources culturelles, car elle a un passé civilisé cinq fois millénaire ainsi que de profondes accumulations historiques et culturelles. Toutefois, ce n'est qu'après avoir transformé efficacement ce genre de « ressources culturelles » et de « fond culturel » en une réelle force productive culturelle, ainsi qu'en une force de compétitivité culturelle et en une force d'influence culturelle et surtout après avoir réussi sa transmission efficace à l'extérieur en se servant de certains moyens qu'on pourrait la considérer alors comme une « puissance douce culturelle ».

En 2009, face aux problèmes et aux difficultés apportés par la crise financière internationale, l'industrie culturelle chinoise a remonté le contre-courant et a montré qu'elle est douée d'une vitalité et d'un dynamisme illimités. On voit par là que notre potentialité est en train d'être mise en valeur, que la « transformation » est en train de se faire et que la Chine est capable de réaliser de grands succès, à travers le système stratégique national de la « haute frontière », dans le domaine de l'industrie culturelle. Nous nourrissons de grands espoirs pour l'année 2010 en attendant le « durcissement » de la puissance douce culturelle de la Chine.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
peu t on considerer le yin et le yang comme mèthode
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Création à Nantong d'une association pour cartes voyage de l'APEC
Expo 2010 : le seuil des 30 millions de visiteurs universels atteint
Chine : éventuelle hausse des prix des céréales due à leurs achats par des capitaux étrangers
Comment durcir la puissance douce de la Chine ?
Les valeurs morales chinoises sont des valeurs universelles
L'unité et la solidarité vues à travers la Coupe du Monde
Pour que le football soit toujours exposé au soleil !