100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 23.06.2010 14h29
C'est dans l'espoir de pouvoir s'enrichir par le travail que la société deviendra moins dure

Le Centre d'enquête sociale du « Quotidien de la Jeunesse chinoise » vient de mener, à travers Qtick.com, le plus grand et le plus spécialisé site web d'enquête en ligne de Chine qui sert de trait d'union entre consommateurs et entreprises, une enquête qui a visé 11.557 personnes et les résultats indiquent que 89,1% d'entre elles déclarent que la plupart des jeunes qu'elles connaissent préfèrent s'adonner au boursicotage, car ils s'inquiètent de ce que le travail appliqué et sérieux leur permet difficilement de s'enrichir. 76,8% des personnes questionnées ont répondu qu'elles acceptent l'idée de ces jeunes, alors que seulement 14,8% ont déclaré explicitement qu'elles ne l'acceptent pas. Quant à Jiang Mingjie, aspirant chercheur à l'Institut d'économie de l'Université du Peuple de Chine, il pense qu'il doit être établi dans notre société une sorte de mécanisme qui non seulement met en honneur l'idée « Gloire au Travailleur ! », mais en plus encourage et permet aux travailleurs de s'enrichir vraiment et réellement par le biais des moyens suivant : augmentation du salaire des travailleurs, optimisation de l'environnement et de la condition de création d'entreprises par les jeunes, accroissement du taux de réussite de la création entrepreneuriale, … etc. Bref, c'est de faire en sorte que tous ceux qui désirent s'enrichir peuvent réaliser leur rêve par le travail et non pas seulement par le « boursicotage ».

L'apparition de « boursicoteurs » qui s'adonnent aux opérations en Bourse est effectivement le symbole du progrès de la société et il n'est pas exclu que les jeunes qui aspirent à l'enrichissement par le « boursicotage » ont un état mental de suivre la trace des autres en agissant par conformisme. Cependant, l'abandon par les jeunes de l'idée de « l'enrichissement par le travail », qui a été toujours mis à l'honneur autrefois, est certainement quelque chose qui nous fait rougir de honte et qui mérite réflexion. Au moment où les jeunes, qui doivent devenir l'ossature et le ferme soutien de la société, s'engagent au contraire dans un chemin de raccourci dont la probabilité de réussite est très bas et infime, ce qu'ils abandonnent et renoncent, ce ne sont pas seulement la diligence, l'assiduité et l'application dans le travail qui sont des vertus traditionnelles de la nation chinoise, ce qui est plus grave encore c'est l'écroulement du pilier moral et spirituel de la détermination et de la volonté de toute une société ou de toute une nation.

On ne doit pas blâmer les jeunes pour leur attitude versatile du fait que cela ne répond pas à la réalité actuelle. Dans notre époque où le besoin matériel est de plus en plus pris en considération, avec la croissance de l'âge, la force morale et l'idéal du public s'éloigne de plus en plus du corps de chacun sans qu'on s'en aperçoive et on devient de jour en jour un fervent adepte de l'argent et des avantages matériels. A cet effet, on ne parle et on ne pense plus qu'aux « problèmes difficiles », tels que prix de logements, frais médicaux, frais d'éducation, … etc. Effectivement, la répartition irrationnelle de ressources dans certains secteurs augmente le coût de revient d'existence du public dans ce genre d'environnement et oblige objectivement davantage de gens à tenir compte de l' « argent » afin de pouvoir survivre. Cependant, ce qui est plus important, c'est de constater la réalité suivante : pour pouvoir s'enrichir, les gens du peuple d'emprunter des voies ardues, difficiles, sinueuses et tortueuses.

Pour les gens du commun et pour les simples particuliers, s'ils souhaitent se débarrasser de leurs conditions précaires et de leur destin cruel, en dehors des moyens anormaux dont la probabilité de réussite est minime, tels que la loterie ou le boursicotage, il doit avoir d'autres moyens leur permettant d'améliorer leur sort. Par exemple, l'étude, le commerce ou autres. Quelque soit la voie qu'ils empruntent, il faut qu'elle puisse encourager davantage de gens à déployer tous leurs efforts pour travailler avec acharnement et opiniâtreté et dans ce cas-là, il existe sans exception une condition préalable commune incontestable et irréfutable qu'est l'égalité des chances. Tous, ils sont des jeunes. Si parmi eux, certains jouissent de toutes sortes de facilités, de privilèges et de prérogatives qui leur permettent, sans dépenser aucun effort ou bien à coût réduit, d'obtenir des avantages en matière d'emploi, de la promotion, de l'exploitation ou bien même de l'achat de logement, ce qui sera alors une pression cruelle et impitoyable exercée sur les jeunes de la même génération qui verront ainsi leur espace de promotion réduit et leur chance s'éloigner et ce sera une réalité dure comme fer qui leur dira que leurs efforts et leur espoir seront réduit à néant. Dans la situation actuelle où le phénomène de la « deuxième génération de dignitaire » fait l'objet de violentes critiques de la part de l'opinion publique, dans certaines régions, des organismes du pouvoir public continuent à défier la volonté du peuple en accordant la priorité aux progénitures des fonctionnaires dans le recrutement de personnels pour des postes de travail enviés. Ce genre d'arrogance démesurée sans aucun scrupule grâce à de puissants protecteurs, comment ne peut-il pas piquer au vif les nerfs déjà frêle et fragile du grand public ?

Lorsque la philosophie grise de la société basée sur les réseaux de relations montre pleinement son influence magique, il semble superficiellement qu'elle peut s'affranchir des cloisonnements et des inerties du système et accroître certaines efficacités, mais en réalité ce genre de développement de type détourné et tortueux réalisé aux dépens de l'égalité sociale et du mécanisme social ne peut qu'accroître le danger latent de la corruption et de la malversation et en plus aggraver la disparité entre riches et pauvre. Des études menées montrent que le coefficient de Gini, qui est une mesure du degré d'inégalité de la distribution des revenus dans une société donnée, est en constante élévation en Chine. Pour certains autres spécialistes, ils ont indiqué qu'en tenant compte d'autres facteurs cachés, dont l'écart du bien-être dans la ville et à la campagne, la disparité sera beaucoup plus énorme et plus aggravante.

Lorsque de plus en plus de jeunes sont brisés de fatigue et au bout de leur force ayant déployé trop d'efforts pour s'enrichir, ce qu'il constate c'est que leur espoir est aléatoire et qu'ils n'ont qu'une faible chance de réussir, car la voie qu'ils ont emprunté n'est pas tellement rayonnante et brillante et qu'il leur faut ou bien fournir de plus grands efforts et payer beaucoup plus cher pour pouvoir surmonter les obstacles irrationnels et inéquitables qui se dressent sans cesse devant eux et les empêchent d'atteindre leur but, ou bien s'arrêter en chemin et accepter la réalité d'être éliminés de la course. Dans une société harmonieuse, l'espérance de pouvoir s'« enrichir par le travail » doit constituer pour le public un grand soutien moral rayonnant qui brille de tout son éclat au plus profond du cœur des citoyens. Cette idée peut-elle devenir une philosophie réelle à laquelle le public voue un culte, il serait plus qu'insuffisant que de s'en remettre seulement à l'espérance et au désir, ce qui est beaucoup plus important c'est qu'il faut faire des efforts pour réaliser l'égalité des chances du développement et pour percer le goulot d'étranglement qui empêchent les gens de progresser en avant, ce afin qu'un nombre croissant de gens du peuple dépourvus de pouvoir et d'autorité puissent apercevoir une lueur d'espoir de succès et de réussite grâce à leur esprit de combat opiniâtre et acharné et grâce aux efforts qu'ils ont fournis.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Articles pertinents
Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine va modifier sa loi pour protéger les informateurs en matière de corruption
Chine/France : renforcement de la coopération parlementaire
« La Chine joue en solo », compliment fielleux des médias occidentaux
Ce coup de feu tiré à Belleville sera-t-il le dernier pour préserver les droits et intérêts de la communauté chinoise en France ?
A la découverte de la Ville du Futur : Les 3 notes de l'Exposition Universelle
Parlons un peu de l'idée « l'économie chinoise, la seule à être prospère parmi tant d'autres »
Les multinationales doivent respecter les lois chinoises