100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 18.06.2010 16h58
La hausse des salaires minimum va faire évoluer la politique commerciale chinoise

Ces derniers mois, plus de dix gouvernements provinciaux chinois ont annoncé une nouvelle politique d'augmentation des salaires minimum de 10%. La reprise économique chinoise étant sur les rails, des salaires plus élevés pourraient contribuer à stimuler la consommation intérieure.

En théorie, le résultat économique d'une augmentation du salaire minimum devrait avoir des conséquences positives sur l'index des prix à la consommation et le coût de la vie. Mais au delà de ça, il y aura aussi des implications très nettes en matière de politique commerciale. Les normes de travail ont été un problème de politique commerciale entre les pays développés et en développement depuis ces dernières décennies. Lors des négociations pour l'entrée de la Chine dans l'OMC dans les années 1990, les Etats-Unis et l'Union Européenne avaient fait part de leurs vives inquiétudes au sujet des pratiques « inéquitables » de la Chine en matière de main d'oeuvre, et en avaient fait un des arguments majeurs pour définir la Chine comme n'étant pas une économie de marché. Et en tant que telle, la Chine est susceptible d'être frappée de droits anti-dumping. Cependant, la plupart des affaires anti-dumping concernant la Chine se sont terminées en échecs, car n'importe quel membre de l'OMC peut utiliser les prix d'un marché de substitution en tant que valeur normale de comparaison avec ceux de la Chine.

Le problème des normes de travail n'a pas posé de grave défi à la gestion gouvernementale jusqu'au tournant du nouveau siècle. Au début des années 1990, les régions côtières de l'Est de la Chine sont entrées sur la voie rapide d'une croissance basée sur les exportations. La force de travail du secteur de la fabrication a connu un développement accéléré. En fait, la Chine a connu le plus fort des exodes ruraux vers les villes de toute l'histoire moderne. Pour des demandeurs d'emploi sans formation venant des campagnes chinoises, combien ils étaient payés pour un travail de fabrication était plus important que de savoir à quel point ils étaient payés correctement, parce que, à cette époque, quelqu'ait pu être leur salaire perçu en étant ouvriers, il était de toute façon bien plus élevé que ce qu'ils avaient l'habitude de retirer de leurs activités agricoles. L'excédent de main d'oeuvre agricole a ainsi continué à se déverser sur le marché de l'emploi dans les années 1990, mais en même temps, les conditions de travail des travailleurs migrants ne s'amélioraient que fort lentement.

Le salaire moyen des travailleurs migrants est resté assez stable, et très bas, de 100 à 200 Yuans par mois pendant plusieurs décennies. Cela explique en partie pourquoi les pays occidentaux ont très souvent inscrit le problème des normes de travail sur leur agenda des négociations avec la Chine, mais aucun résultat concret n'a été obtenu dans les années 1990.

Après 30 années de politique d'ouverture, la Chine est devenue l'une des principales économies du monde. Et sur le marché chinois de l'emploi, les problèmes liés au travail ont commencé à attirer l'attention du gouvernement et des médias.

La consommation intérieure chinoise a été largement limitée du fait de faibles revenus au niveau national. Il semble raisonnable de penser que si les employés sont payés davantage, ils consommeront plus. Bien que la Chine soit, culturellement et historiquement, une Nation tournée vers l'épargne, augmenter les salaires devrait contribuer à stimuler la consommation intérieure et contribuer à assurer une croissance économique durable à la Chine.

Les conflits du travail et les plaintes ont ajouté une énorme pression politique sur la politique chinoise en matière de travail ces dernières années. Les récents suicides chez Foxconn ont été considérés comme des avertissements à ceux faisant usage de pratiques de travail inéquitables. L'augmentation des manifestations d'employés montre que la main d'oeuvre chinoise est en train de gagner davantage de force de négociation pour obtenir des augmentations de salaires et de meilleures conditions de travail. Alors que la Chine est en train de construire une société harmonieuse et fait des efforts pour réduire le fossé des richesses entre les riches et les pauvres, la voix des travailleurs doit être entendue. Et, plus important encore, les employés chinois désirent avoir un accès égal à l'éducation des enfants et à la protection sociale. Les industriels de Chine, que ce soit des entreprises à capitaux chinois ou étrangers, devraient prendre la responsabilité sociale de bien traiter leurs employés, en se basant sur des normes de travail équitables, afin de contribuer à faire de la Chine une Nation commerciale puissante à l'échelle mondiale.

Le commerce mondial est en train d'évoluer vers un commerce équitable, ou, comme les Etats-Unis en ont été les instigateurs, un commerce libre, mais équitable. Et qui dit commerce équitable dit normes équitables et partenaires commerciaux équitables. La Chine a un rôle capital à jouer dans l'agenda mondial du commerce équitable. Tant les normes de travail que la protection de l'environnement seront des éléments importants dans la politique commerciale de la Chine au 21e siècle. Les recherches sur la politique commerciale américaine montrent que les syndicats américains ont joué un rôle important dans la constitution de la politique commerciale de ce pays. Certains syndicats des pays occidentaux prétendent que les exportations chinoises ne sont compétitives que du fait de normes de travail inéquitables et de conditions de travail abusives. Ces syndicats veulent une application stricte des normes de travail par le biais de politiques commerciales, afin d'améliorer les salaires et les conditions de travail en Chine.

Les décideurs politiques chinois ont reconnu la nécessité qu'il y a de relever ces normes de travail, en tant que partie d'initiatives de politique commerciale. Les industriels chinois ont, de leur côté, commencé à reconnaitre le manque de travailleurs qualifiés et ont pris certaines mesures pour relever les salaires minimum dans l'espoir de renverser cette tendance. Les industriels vont avoir à supporter des coûts du travail plus élevés et surmonter les autres effets des augmentations des salaires minimum.

Relever les salaires minimum ne veut pas seulement dire des normes de travail plus équitables pour les employés, mais aussi une meilleure situation pour la politique commerciale chinoise. Bien que ces salaires minimum relevés puissent contribuer à encourager la consommation et combler le manque de main d'oeuvre, les industriels « made in China » devront aussi repenser leur stratégie commerciale. En effet, la transition stratégique des avantages du faible coût de main d'oeuvre vers la qualité et la compétitivité innovante est inévitable. La stratégie commerciale de la Chine devrait se concentrer sur le fait de devenir un partenaire commercial ayant des pratiques de travail équitables, et son modèle de croissance économique devrait passer d'une économie orientée ver le PIB à celui d'une société orientée vers la protection sociale. Il ne s'agit pas seulement d'un problème d'amélioration des normes de travail ; cela contribuera aussi à faire de la Chine un leader économique mondial.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine formule quatre «espoirs» pour le Sommet du G20 de Toronto
Quatorze disparus suite à un effondrement de maisons dans le Guangxi
Parlons un peu de l'idée « l'économie chinoise, la seule à être prospère parmi tant d'autres »
Les multinationales doivent respecter les lois chinoises
Que Dieu protège et sauve l'Afrique !
Pas d'« atterrissage économique brutal » pour la Chine
La France déploie de grands efforts pour construire des « pôles de compétitivité »