100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 06.05.2010 12h24
Les appels à purifier la langue chinoise induisent dans l'erreur

Ces dernières années, il est devenu très « tendance » pour les jeunes chinois bien éduqués d'ajouter des anglicismes et des abréviations anglaises dans leur langage de tous les jours. Cela a bouleversé les traditionalistes et a déclenché une véritable campagne visant à «purifier» la langue chinoise. Par conséquent, en avril, les chaînes de télévision chinoises ont reçu l'ordre de ne plus utiliser des abréviations anglaises comme NBA, GDP ou WTO. Cette interdiction a suscité une controverse en Chine et à l'étranger.

L'interdiction venait apparemment de l'Administration d'Etat de la Radio, du Cinéma et de la Télévision (SARFT). Mais il semble qu'elle se fonde sur une interprétation erronée de ce qu'on entend par le concept de « pureté de la langue ».

Tout le monde connaît que les langues sont la base des nations, qui sont à leur tour la base du pays. La culture, la politique, l'économie, les affaires militaires et tout ce qui concerne un pays dépendent tous sans exception de l'évolution durable de la langue.

L'expérience quotidienne démontre bien la vérité qui dit que l'homme naît en pleurant. Les êtres humains sont nés avec des désirs illimités. L'humanité n'est jamais satisfaite, et le résultat, ce sont des différends et des conflits entre les nations et les pays. En d'autres termes, l'histoire de l'humanité est une histoire de guerre.

Aujourd'hui, des voix pour la paix partout dans le monde sont toujours impitoyablement noyées par le bruit des épées qui s'aiguisent. Des superpouvoirs sont à la recherche d'hégémonie et les petits pays essaient de se défendre par tous les moyens possibles pour maintenir la pureté de leur langue et renforcer leur cohésion nationale. Il est d'une importance capitale pour un pays de sauvegarder la pureté de sa culture linguistique.

Mais la clé de l'unité linguistique et de la pureté de la langue, c'est la prononciation standardisée, et non pas la préservation d'un vocabulaire exclusivement local. Un langage unifié, c'est le fondement d'une nation, et la prononciation standard, c'est le fondement d'une langue. Des mots nouveaux, créés en Chine et dans le monde entier, entrent dans les langues tous les jours. Mais tandis que les caractères chinois peuvent être facilement simplifiés, la prononciation généralement reconnue de la langue parlée doit être préservée.

En comprenant l'importance d'une langue parlée, acceptée par tout le monde et perçue comme une norme, le gouvernement chinois encourageait la promotion du mandarin depuis la fondation de la RPC. En 2001, il a adopté une loi exigeant l'utilisation du mandarin dans l'éducation, la radiodiffusion et les services publics. Il s'agit d'une politique stratégique nationale. Pour les étrangers, cela en dit long sur notre image en tant que nation unifiée. Pour les Chinois, cela améliore la communication entre des personnes des régions différentes, stimule le développement régional, et contribue à la réduction des conflits ethniques.

La cause principale de la récente flambée de violences au Tibet et dans le Xinjiang, c'est la prédominance des politiques minoritaires et la négligence de la promotion du mandarin. Cela a provoqué des difficultés de communication entre les différents groupes ethniques. Finalement, un petit nombre de séparatistes a profité de cette situation, ce qui a provoqué un désastre.

La Chine est une grande famille multinationale, et chaque région doit suivre une politique nationale centralisée de promotion du mandarin, même aux dépens des langues et des cultures régionales. Les habitants de Shanghai et de Guangzhou étaient jadis fiers de leur accent local, mais de nos jours la plupart des jeunes de la génération née dans les années 90 ne parlent plus les dialectes locaux. Il s'agit d'un signe de progrès et d'une évolution inéluctable.

Sous l'impact de l'internet tout-puissant, peu nombreuses sont les langues dans le monde, qui restent à l'abri de toute influence extérieure. Même l'anglais, la langue la plus influente dans le monde moderne, souffre de l'invasion de mots étrangers. Mais dans le monde anglo-saxon nous n'entendons pas d'appels à l'interdiction des mots étrangers.

L'assimilation active des mots anglais par le Japon a grandement facilité son développement économique après la Seconde Guerre mondiale. Des mots anglais représentent plus de 40 % de tous les nouveaux mots introduits dans la langue allemande au cours des dix dernières années. Mais les Allemands sont larges d'esprit sur le changement de leur langue.

Une langue qui n'ose pas assimiler des mots étrangers est vouée à l'étouffement et à la mort. Mais tant que la langue a une grammaire stable et une prononciation acceptée, elle restera enrichie, énergique et attrayante, n'ayant pas à craindre les mots importés.

Bien que le chinois se place aujourd'hui derrière l'anglais, le français, l'espagnol et même le japonais par son influence mondiale, dans un avenir prévisible, la bataille pour le titre de la principale langue internationale se jouera sûrement entre l'anglais et le chinois. Si la Chine adhère à sa politique d'ouverture, absorbe les mots et les acronymes étrangers, institue un mécanisme solide et efficace de lutte contre la corruption et accélère les progrès de la démocratie, le chinois pourra certainement remplacer l'anglais et devenir une langue internationale.

Si des abréviations comme WTO, GDP ou F1 font partie intégrante de la vie quotidienne d'un Chinois, cela sera symptomatique de l'amélioration de notre niveau d'éducation, et cela aidera la Chine à s'insérer dans la mondialisation. Si des expressions internationalement connues comme "Thank you", "Sorry" et "Excuse me" deviennent courantes dans les conversations de tous les jours des Chinois, cela pourra contribuer à la création d'une société harmonieuse.

C'est compréhensible que certains spécialistes se sentent bouleversés par l'invasion de mots étrangers, mais c'est certainement une mesure un peu trop exagérée pour la SARFT d'émettre une interdiction sur les mots étrangers. Non seulement cela est un signe de manque de respect à la majorité des Chinois qui ont pris l'habitude d'utiliser ces expressions au cours des dernières décennies, mais c'est aussi une atteinte à la culture linguistique profonde de la Chine. Cette interdiction implique que la langue qui a 5000 ans n'est plus assez forte pour assimiler quelques abréviations étrangères. Cela met aussi en doute la politique de réforme et d'ouverture au monde que la Chine mène depuis 30 ans.

Chunyu Jinzhang, président d'une célèbre société chinoise de téléphonie fixe, qui a travaillé comme professeur d'anglais amateur depuis plus de 30 ans et a été le premier homme en Chine à promouvoir l'anglais britannique.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Wen Jiabao appelle les jeunes à "avoir les pieds sur terre"
Le président chinois encourage les étudiants à contribuer à la modernisation
La faible émission de carbone devient un nouveau moteur de la création d'emplois
Pourquoi les nouveaux riches de Chine sont aussi détestables
John Hennessy : il faut à la Chine au moins vingt ans pour pouvoir établir des universités de classe mondiale
Pour que notre monde devienne meilleur (éditorial)
De précieux hôtes venus d'Europe