100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 05.05.2010 16h41
Expo 2010 Shanghai : de production chinoise à création chinoise
La "Cathédrale de graines" du Pavillon anglais est un projet de coopération réalisé avec l'Institut d'études botaniques de Kunming Chine.

L'Exposition universelle Shanghai Chine (Expo 2010 Shanghai) s'est ouverte officiellement le 1er mai pour accueillir les visiteurs et c'est un événement qui attire et retient l'attention du monde entier. L'Expo universelle a toujours été une grandiose, impressionnante et magnifique fête de la pensée de l'ensemble de l'humanité. Depuis la présentation de la machine à vapeur à l' « exposition universelle », tenue il y a plus d'un siècle à Londres, au Royaume-Uni, jusqu'à l'Exposition universelle Aïchi 2005 consacrée à la sagesse de la nature, à l'idée de la coexistence entre cette dernière et l'être humain, ainsi qu'aux défis environnementaux auxquels est confrontée la planète à l'ère de la mondialisation et des nouvelles technologies, on peut dire que chaque édition de l'Expo traduit ses idées et ses réflexions approfondies sur la progression et le développement de la civilisation humaine et reflète le processus de l'innovation continuelle de l'humanité. C'est pourquoi on ne peut s'empêcher de laisser courir son imagination en se demandant : La présente Expo Shanghai, comment va-t-elle mettre en pratique l'innovation dans le contexte de la réduction du carbone et de la protection de l'environnement ? Peut-elle dans ce domaine-là inspirer le monde entier en lui donnant de nouvelles idées ? A travers l'Expo, la Chine pourra-t-elle concevoir, engendrer et former ses propres « Edison (Thomas Alva) » et « Bell(Alexander Graham)» ?

La Chine devient la plus grande scène pour l'innovation mondiale.

En tant que place de choix pour la collecte et l'introduction de l'intelligence mondiale, la présente Expo Shanghai fournit une grande scène permettant à tous les pays du monde de mettre en pratique les effets du « bas carbone » et de donner libre cours à leur imagination en présentant toutes sortes de modèles du développement urbain futur. Le « Chosun Ilbo » (en coréen : Le Quotidien de Corée), qui est l'un des trois principaux quotidiens sud-coréens, a publié le 2 mai un article dans lequel il est indiqué « Chaque édition de l'Exposition universelle constitue en fait une grande scène pour la première présentation de nouvelles inventions et de nouveaux produits et c'est grâce à elle que des inventions et des produits qui améliorent considérablement la vie quotidienne du genre humain ont été présentés ouvertement au public, comme par exemples la lampe électrique à incandescence de Thomas Edison, l'appareil traduisant les oscillations acoustiques en oscillations électriques mis au point par Alexander Graham Bell et qui aboutit par la suite à l'invention du téléphone, ainsi que l'automobile, l'avion, le téléviseur, … etc. », « Tout comme les autres édition de l'exposition universelle qui a un passé long de 159 années, il sera certain qu'il surgira lors de la présente expo Shanghai un grand nombre d'inventions et de nouveaux produits. »

Pour faire ressortir le thème central de l'Expo 2010 « Meilleure ville, meilleure vie », y sont rassemblées à l'exposition toutes sortes et formes de constructions à bas carbone. Le Pavillon japonais utilise pour la première fois une « structure membraneuse » ultralégère dotée d'un dispositif de production électrique par l'énergie solaire et c'est ainsi que l'électricité servant à éclairer l'intérieur du pavillon est « produite » par cette mince et légère couche de membrane transparente. Quant au Pavillon allemand, il utilise un « tissu » réticulaire innové de construction qui revêt une excellente capacité d'aération, et à la fin de l'expo et après la démolition du pavillon, le « tissu » pourrait être réutilisé. La Grande-Bretagne a créé de son côté l'une des constructions les plus typiques et les plus symboliques de l'Expo -- la « Cathédrale de graines » -- qui est de fait le Pavillon anglais. La vice consule du Consulat général britannique à Shanghai a déclaré à un correspondant de « www.globaltimes.cn », qu'à travers la présente expo, son pays – la Grande-Bretagne – présente son autre côté – l'innovation. Elle a dit : « Les Chinois croient, depuis de longues années, que l'Angleterre est un pays traditionnel, tranquille et calme ayant un long passé. Mais, cette fois-ci, en visitant le Pavillon anglais, ils pourront constater que ce pays paisible et serein est également un pays dynamique extrêmement créateur et innovateur. »

De grandes et importantes entreprises multinationales ont également profité de l'Expo 2010 Shanghai en établissant chacune son propre pavillon pour présenter ses nouveaux produits. Par exemple le Pavillon de General Motors Corporation présente un nouveau modèle de voiture qui peut s'arrêter automatiquement et le Pavillon de Cisco, une entreprise informatique américaine, qui montre des robots intelligents capables d'exécuter divers travaux.

Des « éléments chinois » s'introduisent furtivement dans le camp d'innovation international.

L'Expo 2010 Shanghai ne fournit pas seulement une excellente plate-forme d'exposition et de présentation aux innovations scientifiques et techniques des autres pays du monde, car la Chine refuse absolument de rester les bras croisés et d'être un spectateur qui regarde ce que font les autres. En visitant l'exposition, il est facile de remarquer que de nombreuses nouvelles idées créatrices et innovatrices comportent certains « éléments chinois » et de constater le développement de la coopération technique entre la Chine et l'Occident. D'autre part, la Chine n'utilisent plus à l'aveuglette les réalisations scientifiques et techniques occidentales comme si elle serait incapable de créer et d'innover elle-même. Elle commence à réfléchir elle-même en y ajoutant sa réinvention et sa récréation.

Le Pavillon anglais, qui est perçu comme la « construction la plus originale » de l'Expo 2010, a créé le record d'attente du fait que les visiteurs ont dû attendre patiemment six heures pour pouvoir y accéder. Appelé "Cathédrale de graines", le Pavillon du Royaume-Uni, de forme cubique, est hérissé de 60.000 tiges d'acrylique qui le font ressembler à un gros oursin. Ces tiges d'acrylique s'étendent vers l'extérieur tout en se balançant au gré du vent et à l'extrémité de chacune d'elles sont incrustées diverses espèces et différentes formes de graines de végétaux. La vice consule britannique a indiqué que les « graines » traduisent la volonté de la partie anglaise d'étudier et d'explorer les problèmes du développement durable, de la diversité de la nature et de la capacité potentielle de la vie. Ce qui mérite d'être noté, c'est que les soixante mille graines conservées dans les tiges d'acrylique proviennent toutes des recherches exploratrices sur la diversité végétale menées en commun par l'Institut d'études botaniques de Kunming Chine et la Banque millénaire britannique de semences qui ont établi de bonnes relations de partenariat

Dans l'exposition acousto-optique-électrique qui figure parmi les plus importantes présentations de l'Expo Shanghai, la coopération entre grandes entreprises chinoises et grandes entreprises occidentales est devenue le courant principal. On peut citer comme exemple le « Théâtre IMAX pour projection de films sur un hémisphère incliné dôme écran » capable de projeter des images 4D et installé dans le Pavillon taïwanais dont la conception est due à l'architecte taïwanais Li Zuyuan qui a conçu la Tour 101 de Taibei, laquelle est le deuxième des plus hauts gratte-ciels du monde. Son idée de conception vient des concepts philosophes de la tradition chinoise, à savoir la coexistence de trois principes dont le ciel, l'homme et la terre. Par conséquent le pavillon en forme de globe représente le « ciel », c'est-à-dire l' « univers », l'estrade dressée dans l'eau pour allumage présente l'« homme », tandis que la place urbaine en-dessous est la « terre ». Celui qui a aidé Li Zuyuan à réaliser son rêve c'est un homme d'affaires belge qui est à la tête du monde quant à l'innovation de la visionique. Pour ce qui est des autres hautes technologies comportées dans le pavillon, dont la gigantesque enveloppe en verre qui symbolise la forme la lampe céleste, le sphéroïde LED avec la pellicule de régulation de lumière, l'écran rond ainsi que le projecteur, elles présentent aux visiteurs les effets visuels du grand espace et des images à contenu extrêmement créateur et innovateur.

En dehors de tout cela, le pavillon automobiles et le pavillon des entreprises privées de Shanghai n'épargnent aucun effort pour se « servir de la force extérieure » en vue de faire en sorte que « l'idéal devienne la réalité ». Le spectacle environnant créé par les vingt projecteurs à haute définition installés dans le pavillon automobiles ainsi que la scène illusoire créée par les projecteurs DML 1200 placés dans le pavillon des entreprises privées sont tous les deux dus à l'introduction de la Belgique de produits high-tech qui aident les concepteurs à réaliser leurs idées étranges, bizarres et singulières, mais admirables, merveilleuses et prodigieuses. Le responsable des relations publiques du Pavillon des entreprises privées a dit : « Certaines technologies et équipements de notre pavillon proviennent effectivement de l'étranger. Cependant, l'imitation aveugle et mécanique de techniques occidentales ne nous satisfait plus. Ce qui nous intéresse maintenant, c'est qu'en étudiant les sciences et les techniques occidentales, il nous faut y ajouter des idées et des notions chinoises qui nous permettront de procéder à la réorganisation tout en faisant valoir notre propre esprit créateur et innovateur.

L'espérance placée dans l'Expo 2010 Shanghai fait que la Chine avance à grand pas vers l' « époque de création et d'innovation ».

On apprend que pour pouvoir faire pénétrer les sciences et techniques modernes ainsi que l'idée d'innovation dans tous les détails de l'Expo 2010 Shanghai, de concert avec plusieurs départements gouvernementaux, dont le Ministère de l'Education publique, le Ministère du Logement et de la Construction urbaine et rurale, le Bureau d'Etat de la Météorologie, l'Académie des Sciences de Chine, l'Académie d'ingénierie de Chine et la Fondation nationale de Chine pour les Sciences naturelles, le gouvernement de la Municipalité de Shanghai et le Ministère de la Science et de la Technologie ont commencé, à partir de l'année 2005, à lancer le « Programme d'action scientifique et technique de l'Expo 2010 Shanghai ». Les données statistiques établies jusqu'ici démontrent que dans les six grands domaines de la construction planifiée, de l'utilisation énergétique, de l'environnement écologique, de la sécurité alimentaire et de l'hygiène publique, ainsi que du contrôle d'exploitation et de la présentation technologique, ledit programme a mis au point 232 sujets d'étude et de développement scientifiques et techniques. Il a été réuni à cet effet près d'un millier d'organismes de recherches scientifiques et un contingent de plus de dix mille chercheurs, spécialistes et scientifiques qui ont déjà obtenu plus de mille succès dans les recherches scientifiques et techniques.

Parallèlement, les gens du peuple portent également un grand intérêt aux réalisations scientifiques et techniques. L'Expo 2010 fournit une bonne occasion pour constater de cela. En visitant l'exposition, on s'aperçoit que de longues queues d'attente se forment devant la porte des pavillons présentant les succès obtenus par la Chine dans les domaines de l'aéronautique et de l'aérospatial, de la télécommunication, ainsi que dans d'autres domaines de recherches scientifiques. Les gens qui visitent ces pavillons sont aussi nombreux que ceux qui affluent vers les pavillons « chauds » de pays qui suscitent un grand intérêt de la part de la population chinoise, tels que les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne, l'Espagne, le Japon, la Corée du Sud, … etc. Il faut parfois attendre plus d'une heure pour pouvoir entrer dans lesdits pavillons de la Science et de la Technologie.

Dans une telle ambiance, l'Expo 2010 Shanghai pourra-t-elle devenir un catalyseur qui aidera la Chine à changer et à progresser de la « production chinoise » à la « création chinoise », à l'innovation chinoise » et à l' « invention chinoise » ? Nombreux sont les médias étrangers qui font la comparaison de l'état du développement de la Chine actuelle avec celui des Etats-Unis aux quarante dernières années du dix-neuvième siècle. En 1860, parmi les principaux pays capitalistes les Etats-Unis étaient au quatrième rang quant à la valeur globale de leur production industrielle, laquelle représentait moins de la moitié de celle du Royaume-Uni. Puis en 1894, soit plus de trente ans plus tard et l'année qui suivit la tenue à Chicago de l'exposition universelle, les Américains ont réalisé un grand bond en avant et leur pays était à la tête du monde quant à la valeur globale de sa production industrielle qui représentait alors près d'un tiers de celle du monde entier.

Un spécialiste japonais en matière d'exposition universelle, qui a été interviewé auparavant par la presse chinoise, a indiqué qu'après l'Expo 2010 Shanghai, la Chine pourrait devenir un pays doté d'une grande valeur intellectuelle qui se développe rapidement. Il a ajouté que l'Expo 1970 Osaka a présenté au monde entier un « Japon social industrialisé ». La Chine actuelle semble être au centre de la « société industrialisée ». Les Etats-Unis ont obtenu en 1980 leur diplôme de fin d'études de la sociologie industrialisée et a accédé à « la société de valeur intellectuelle ». D'après lui, lorsque la Chine accèdera à son tour au rang d'un pays de type de la valeur intellectuelle, la consommation de l'ensemble du pays s'élèvera à un niveau supérieur, alors que la demande s'accroîtra également.


Expo 2010 de Shanghai

[1] [2] [3]

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Wen Jiabao appelle les jeunes à "avoir les pieds sur terre"
Le président chinois encourage les étudiants à contribuer à la modernisation
La faible émission de carbone devient un nouveau moteur de la création d'emplois
Pourquoi les nouveaux riches de Chine sont aussi détestables
John Hennessy : il faut à la Chine au moins vingt ans pour pouvoir établir des universités de classe mondiale
Pour que notre monde devienne meilleur (éditorial)
De précieux hôtes venus d'Europe