100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 14.04.2010 14h57
Le monde entier s'unit et redouble sa vigilance à l'encontre du terrorisme nucléaire

Se peut-il que les terroristes internationaux utilisent d'armes nucléaires pour déclencher une attaque surprise ? Est-ce qu'ils pourront prendre des installations nucléaires, y compris des centrales nucléaires, comme but de leur attaque ? Après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis tout est possible et ce genre d'attaque surprise est considéré par ces derniers et par un grand nombre d'autres pays comme une menace réelle qu'ils doivent prendre en considération et faire face à tout moment.

Quelles mesures faut-il prendre en vue d'assurer au maximum le contrôle efficace et la sécurité à cent pour cent des matières premières nucléaires et des installations nucléaires et d'empêcher rigoureusement et scrupuleusement l'apparition du terrorisme nucléaire ? C'était l'un des principaux sujets de discussion du Sommet sur la sécurité nucléaire tenu les 12 et 13 avril à Washington.

La « Convention internationale pour la répression des actes de terrorisme nucléaire », adoptée le 14 septembre 2005 par l'Assemblée générale de l'ONU, classe les actes de terrorisme nucléaire en trois catégories : la première, la possession de matières radioactives ou d'installations nucléaires dans l'intention d'entraîner la mort d'une personne ou de lui causer des dommages corporels graves ou bien dans l'intention de causer des dégâts substantiels à des biens ou à l'environnement ; la deuxième, l'emploi de quelque manière que ce soit des matières ou engins radioactifs ou bien l'utilisation ou l'endommagement d'une installation nucléaire de façon à libérer ou risquer de libérer des matières radioactives dans les mêmes intentions ci-dessus ; la troisième, l'exigence illicite et intentionnelle de la remise de matières ou engins radioactifs ou d'installations nucléaires en recourant à la menace, dans des circonstances qui la rendent crédible, ou à l'emploi de la force.

Vu du point de vue technique, la fabrication d'une ogive nucléaire simplifiée n'est pas tellement difficile et complexe. A l'heure actuelle dans notre monde, on compte au total environ 2.100 tonnes de matières susceptibles d'être utilisées pour la fabrication d'armes nucléaires, dont 1.600 tonnes d'uranium enrichi et 500 tonnes de plutonium, avec lesquels on pourrait fabriquer douze mille ogives nucléaires, alors qu'une seule de celles-ci est à peu près de la taille d'un sac pour contenir les documents officiels.

La fabrication d'une « bombe sale » est beaucoup plus facile et plus simple que celle d'une vraie ogive nucléaire. Dans le cas où des terroristes auraient pu obtenir des résidus nucléaires, des matières nucléaires ou n'importe quelle autre substance radioactive non-nucléaires, ils n'ont qu'à les envelopper autour une bombe classique qui en explosant pourra libérer et répandre les matières radioactives, ce qui leur permettrait de commettre des carnages en utilisant la radioactivité et mettre en péril dangereusement la sécurité, la stabilité et l'ordre social d'un pays.

C'est pourquoi il est d'une importance primordiale d'empêcher le terrorisme nucléaire et en premier lieu il faut faire tout notre possible pour que les matières nucléaires et les techniques nucléaires tombent dans les mains de terroristes. Bien que jusqu'à présent dans notre monde, aucune organisation terroriste n'a pu encore obtenir des matières nucléaires, mais cette possibilité n'est pas à écarter, ni à négliger et ni à sous-estimer. L'Agence internationale de l'énergie atomique (IAEA) a révélé que depuis 1993, elle a eu connaissance de plus de huit cent cas de contrebande ayant rapport au nucléaire. Suite à la complexité de jour en jour de la situation sécuritaire internationale, les risques s'aggravent constamment quant à l'obtention et illégale et au trafic illégal de matières nucléaires par des organisations terroristes ou bien par des organisations criminelles transfrontalières et même et même quant à l'apparition du terrorisme nucléaire.

Pour le moment, une centaine de pays ont signé la Convention internationale susmentionnée. Toutefois ces dernières années, en raison de la hausse des prix des produits énergétiques, nombreux sont les pays qui s'activent en vue de développer l'énergie nucléaire et c'est pourquoi les demandes de matières nucléaires deviennent de plus en plus pressantes, alors que les recherches s'étendent et s'approfondissent. Ainsi, de nouvelles exigences s'accumulent quant à la sécurité nucléaire de l'avenir de notre monde.

La communauté internationale espère en général que le Sommet sur la sécurité nucléaire de Washington puisse parvenir à une large identité de vue quant aux problèmes de la sécurité des matières nucléaires, de frappe dure et forte contre la contrebande nucléaire, de découverte, de dissuasion et d'empêchement de la tentative au terrorisme nucléaire et de l'utilisation de tout moyen possible pour empêcher les terroristes d'obtenir des matières nucléaires, et puis de former et d'établir petit à petit, sur cette base-là, un mécanisme de contrôle et de supervision efficace et normalisé.

La Chine figure parmi les premiers pays du mone à avoir signer ladite Convention internationale. Elle a toujours accordé une grande importance au problème de sécurité nucléaire, s'oppose fermement et énergiquement à la prolifération nucléaire et au terrorisme nucléaire et soutient la communauté internationale pour le renforcement de sa coopération en matière de sécurité nucléaire. Ces dernières années, la Chine a toujours fait beaucoup d'efforts en vue de renforcer le contrôle des matières et des installations nucléaires et elle a instauré à cet effet toute une série de lois et de règlements sévères et rigoureux en la matière et un système de contrôle extrêmement strict, inflexible et draconien. Il est certain que la sécurité nucléaire est complètement, totalement et globalement assurée en Chine.

Tout comme les autres pays du monde, la Chine est confrontée également à la menace du terrorisme nucléaire. En ce qui la concerne, le renforcement de la coopération internationale en vue d'empêcher et de frapper le terrorisme nucléaire revêt en même temps une importance primordiale pour sa sécurité et sa sûreté personnelles de même pour celles du monde entier. La Chine souhaite resserrer et approfondir ses liens et sa coopération avec les autres pays pour pouvoir construire et réaliser un environnement international meilleur caractérisé par la paix, la stabilité et le développement.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Un appel à exclure les antibiotiques de la chaîne alimentaire
La Chinoise He Kexin remporte une médaille d'or de la Coupe du Monde en France
La Turquie ne se désespère pas pour son adhésion à l'UE
Pourquoi les Chinois sont-ils tellement anxieux?
L'Occident a besoin de mieux connaître l'Asie
Les trois grandes sources de risque pour la Chine
Trois questions au sujet de l'immobilier en Chine : la réforme immobilière doit-elle être réajustée massivement ?