100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>OpinionMise à jour 19.03.2010 16h59
Les Etats-Unis : Le plus grand manipulateur de taux de change dans le monde

Toutes les preuves réunies démontrent qu'en réalité, les Etats-Unis, qui accusent sans cesse d'autres pays comme étant des manipulateurs de taux de change et qui font pression sur eux pour les obliger à changer la valeur de leur monnaie respective, sont de fait le « plus grand manipulateur de taux de change » dans notre monde.

Cao Honghui, Directeur du Bureau des marchés financiers de l'Institut des Finances de l'Académie des Sciences sociales de Chine, a indiqué que les Etats-Unis utilisent toujours des moyens indirects et des astuces ingénieuses pour manipuler et contrôler habilement le taux de change du dollar US. Par exemple, ils font souvent circuler sur le marché, en faisant publier des rapports mensongers et spéculatifs et les résultats d'études de spécialistes, des informations incitatives et inductrices dans le but de réévaluer ou de dévaluer à leur guise la monnaie américaine.

Récemment, les Etats-Unis ont procédé à la vente à découvert des fonds d'arbitrage en euro et en livre sterling et il est fort possible qu'ils se livreront par la suite à une attaque contre le yen japonais et tout cela est un exemple de la manipulation dissimulée du dollar américain par les Etats-Unis. Quant à ces attaques américaines contre la monnaie respective de ces principales entités économiques du monde, elles ont pour objectif de préserver et de maintenir la position forte de du dollar américain en tant qu'un outil d'hégémonisme, ce qui permettront aux Etats-Unis de sortir du bourbier dans lequel ils sont enfoncés, de se débarrasser du marasme économique et d'être parmi les premiers à jouir de la relance économique.

D'autre part, en manipulant le taux de change de la monnaie américaine, les Etats-Unis réduisent et diminuent fortement la valeur des réserves et des biens en dollar US de la Chine et d'autres pays en voie de développement, ce qui leur permettront d'alléger la pression due à l'endettement extérieur et en même temps l'utilisation de l' « effet d'évaluation » élèvera la valeur de leurs propres biens extérieurs.

Par exemple, sous la manipulation directe de Fed (Federal Reserve), la banque centrale des Etats-Unis, la signature en 1985 de « Plaza Accord » a été suivie d'une baisse vertigineuse de plus de 40% du dollar américain. Puis en 2001, comparaison faite avec les principales monnaies du monde, la monnaie américaine a connu une dévaluation continuelle dépassant 30%. En conséquence, de 2001 à 2006, bien que les dettes extérieures totales des Etats-Unis aient augmenté de 3,856 billions de dollars US, mais l'endettement net a diminué au contraire de 199 milliards de dollars US, ce qui signifie que les Etats-Unis ont gagné des profits nets de capitaux d'un montant de 4,055 billions de dollars US, dont 892 milliards de dollars US sont dus à la dévaluation de la monnaie américaine dont le taux de change a été manipulé. C'est ainsi que l'Amérique oblige d'autres pays à réévaluer leur monnaie, ce qui lui permet de réaliser le changement de la valeur de ses biens capitaux et de gagner ainsi un profit net de 3,163 billions de dollars US.

Les Etats-Unis jouent au plus malin en utilisant toutes sortes de moyens politiques, diplomatiques et commerciales pour faire pression sur le renminbi afin qu'il soit réévalué d'après son exigence et selon le critère qu'ils ont fixé. Ils tentent par là de pousser le commerce chinois d'exportation dans des difficultés et de faire en sorte qu'un grand nombre d'entreprises chinoises soient en faillite, que d'innombrables travailleurs chinois perdent leur emploi et tombe dans le chômage et que la Chine tombe dans le marasme économique, ce qui provoquera alors des troubles au sein de la société chinoise, une situation qui les satisferont au plus haut point.

Pour faire face au choc de la crise financière qu'ils ont provoqué eux –mêmes, les Etats-Unis sont obligés de procéder à l'impression d'une quantité exorbitante de billets de banque et en même temps de faire des prêts. Dans le processus de prêt d'argent, il est nécessaire pour eux de procéder à la réévaluation du dollars US afin de pouvoir accroître la puissance de séduction de la monnaie américaine. A cet effet, ils ont procédé tout d'abord, par le biais de fonds de stabilisation, à la vente en grande quantité de l'euro, ce qui a provoqué la baisse brutale et soudaine de la monnaie européenne et la hausse vertigineuse de la monnaie américaine. Puis, c'est au tour de l'impression déchaînée de billets de banque. Il a été utilisé en outre une série d'autres moyens de processus de manipulation pour combler les créances douteuses, ce qui leur a permis de contrôler le taux de croissance du dollar américain circulant et d'atteindre ainsi leur objectif.

Zhang Rongnan, chercheur assistant au Département du pronostic économique du Centre d'Etat des informations de Chine, a indiqué que l'évolution du dollar américain coïncide toujours astucieusement et ingénieusement avec le rythme de redressement de l'économie américaine et le cycle du dollar US répond justement à celui du relèvement économique et cela est une autre preuve du résultat de la manipulation du taux de change par les Etats-Unis. Le réajustement de la politique du dollar US revêt un fort caractère d'égoïsme et d'unilatéralisme : la hausse et la baisse de la monnaie américaine qui semblent déréglées et désordonnées sont en fait parfaitement en accord et en harmonie avec l'application de la politique économique américaine.

Depuis l'année dernière, la crise économique mondiale exprime clairement et sensiblement les trois phases suivantes : la phase d'aggravation (début 2009 jusqu'au début mars de la même année) ; la phase de réchauffement (début mars jusqu'à fin octobre 2009) ; et la phase de résurrection (fin octobre 2009 jusqu'ici). Et le cycle du dollar US répond justement au cycle du relèvement économique.

Lors de la phase d'aggravation, le marché financier mondial a procédé à la « dissipation du levier économique », alors que le dollar US a utilisé sa « nature de dérobade devant les risques » et sa force périodique pour attirer les fonds et les capitaux pour un retour vers le pays, ce qui a permis d'équilibrer l'état des actifs et des passifs.

Lors de la phase de réchauffement, les Etats-Unis ont ouvert la vanne de la mobilité du dollar US et la politique monétaire de souplesse quantitative a non seulement stimulé le fort rebond du marché des capitaux, alors que la forte dévaluation de la monnaie américaine a stimulé l'économie réelle, et surtout une vigoureuse reprise commerciale.

Lors de la phase de résurrection, l'économie américaine a réussi à mettre fin à sa profonde dépression au troisième trimestre et à réaliser une croissance positive de 3,5% (2,2% après réajustement trimestriel) et le dollar US a accompli sa tâche d' « équilibreur » de réajustement de la reprise économique. Ce qui a permis de maintenir l'équilibre d'intérêt du dollar US, de compenser le déficit périodique depuis un an et de réaliser un rebond proportionnel de plus de 5%. Depuis fin de l'année dernière, par suite des remous provoqués par la crise d'endettement en Europe, le dollar US a connu un fort et énergique rebond qui lui a permis d'être réévaluer de près de 10%.

En général, le Fed adopte à l'encontre du taux de change de la monnaie américaine la soi-disant politique de « négligence bienveillante », alors que sa politique monétaire tient compte seulement et complètement de la situation économique de l'intérieur du pays, alors que le taux de change du dollar US n'est aucunement un facteur qui pèse ou qui agit sur la politique monétaire.

Toutefois, dans le cas où le compte courant s'envole soudainement ou bien l'endettement extérieur augmente subitement, pour améliorer les dépenses et les recettes internationales et pour réduire l'endettement extérieur net, le Fed adopte alors des mesures visant ou bien à s'ingérer dans l'accès au marché ou bien à obliger d'autres pays à réévaluer leur monnaie, tout en manipulant le taux de change du dollar US afin qu'il dévalue.

Et dans le cas où la communauté internationale émet des doutes à l'égard de la crédibilité de la monnaie américaine et que l'introduction de capitaux aux Etats-Unis ralentie dans de fortes proportions, le gouvernement américain affirme à cor et à cri que le dollar US est une monnaie forte, et il accède de lui-même au marché pour pousser à la hausse le taux de change de la monnaie américaine.

Xiang Songzha, Directeur Adjoint de l'Institut des monnaies internationales de l'Université du Peuple de Chine, a indiqué que la politique monétaire américaine est tout à fait « capricieuse et fantaisiste, car elle agit à son gré et à sa guise arbitrairement », lorsqu'il est nécessaire que la monnaie américaine soit dévaluée, on manipule alors pour qu'elle dévalue immédiatement ; lorsqu'il est nécessaire qu'elle soit réévaluée, on agit de même pour qu'elle réévalue. La condition principale de cette politique de taux de change c'est justement le « cours de change flottant ».

Yu Zunao, membre honoraire de l'Académie des Sciences sociales de Chine, a conclu en disant : « La tentative et la machination des Etats-Unis en vue de manipuler le taux de change du dollar US non seulement datent de longtemps, mais elles sont en plus changeants, variables et complexes. Leur objectif n'est pas seulement aussi simple que l'obtention d'avantages économiques et commerciaux. C'est pourquoi le taux de change du renminbi ne doit absolument pas dépendre de la volonté extérieure. En réalité, y compris les banques centrales des pays occidentaux, personne n'ose donner libre cours et laisser à l'abandon ni le taux de change, ni le volume de l'émission monétaire et ni les disponibilités de prêts. »

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Le dollar US est une monnaie de singe destinée aux na?fs, aux imbéciles et aux corrompus.L...
Si la Chine souhaite que le $ se réévalue, il lui suffit d"arrêter d"acheter les...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Li Keqiang rencontre Tony Blair
Chine : Barack Obama souligne l'importance des relations sino-américaines
Faire preuve de bon sens en discutant des problèmes concernant la Chine
A qui va profiter le départ de Google ?
Pourquoi une telle grande différence entre les données statistiques commerciales établies par la Chine et par les Etats-Unis ?
La Chine n'a nul besoin d'un Google politisé
Les Etats-Unis : Le plus grand manipulateur de taux de change dans le monde